Archive pour la catégorie 'humain'

Charité bien ordonnée…

Je déteste la charité. Je la déteste pour plusieurs raisons. Elle représente tout ce que je n’aime pas dans le mode de pensée libéral actuel.

La charité c’est la bonne conscience érigée en mode de fonctionnement dit « humain » dans une société individualiste. Et je ne parle pas ici de l’aspect religieux de cette pratique, mais bien de celle prônée par les décisions politiques.

Au nom de la charité, on peut ainsi se permettre, au choix, de piller les ressources naturelles des pays les plus pauvres et leur promettant une aide charitable au développement que le peuple ne verra souvent jamais, on peut supprimer les solidarités les plus actives et efficaces (santé, éducation) au nom du bien de la société qui permet aux plus aisés de réduire leurs participations à l’impôt solidaire pour mieux participer aux grands messes charitables médiatiquement exposées (elles- même déductibles de l’impôt).

La charité, c’est tout ce que j’exècre dans l’attitude humaine, cette forme de condescendance envers les pauvres qui leur maintient psychologiquement la tête sous l’eau pour mieux les oublier lorsqu’il s’agira de permettre l’évasion de ses liquidités dans les paradis fiscaux. C’est à mon sens l’hypocrisie portée à son paroxysme en ce sens qu’elle dédouane les consciences des pires comportements en société. Elle permet de nous regarder dans la glace en nous montrant bien plus beau que nous sommes. 

Charité bien ordonnée… dans humain

La très grande majorité de ceux qui se glorifient, pour avoir participer à aider la détresse humaine à coup de vente de prestige ou de dons aux plus démunis, sont ceux qui pestent contre l’impôt solidaire, raillent l’Etat toujours stigmatisé comme dépensier et peu utile, ou prônent la liberté individuelle quand il s’agit de leur porte-monnaie mais la restreignent quand elle touche ce que leur morale leur interdit.

Au nom de la charité qui permet de se racheter une image, et après avoir insulter la majorité de la population à la télévision, Séguela va vendre une Rolex pour les plus démunis et se racheter une bonne conscience. Beuuurk.

Alors bien sûr, je ne remets pas ici en cause ceux qui au quotidien luttent pour les plus démunis dans des associations caritatives qui compensent les manquements de l’action étatique et qui ont tout mon respect.

Elles sont toutefois le signe d’une société qui a oublié à la base ce que le terme solidarité signifiait en permettant via les impôts d’apporter une péréquation des richesses entre ceux qui ont eu la chance de réussir financièrement leur vie et ceux que le destin a moins bien servi pour des raisons diverses et variées.

Une société solidaire devrait bannir de son quotidien toute action financièrement charitable pour réserver la charité à son sens purement humain en donnant de son temps à son prochain, de l’amour à ses proches ou en rendant service à son voisin.

Nous sommes désormais bien éloignés d’une société qui prônent de tels comportements.

Publié dans:humain |on 30 mars, 2009 |11 Commentaires »

Hommage à Ron

Ronald Franklin Asheton est décédé à 60 ans à son domicile. Guitar héro du mythique groupe Les Stooges dont le chanteur est Iggy Pop, il laisse orphelin une génération de rock. 

j’ai eu le plaisir de voir un de son dernier concert en France en octobre dernier. Une clacque comme d’habitude. 

Image de prévisualisation YouTube

TV EYE

Publié dans:humain |on 8 janvier, 2009 |Pas de commentaires »

Hommage posthume de 2008

Il est des êtres singuliers, anonymes ou presque, qui crèvent l’écran par leur convictions chevillées au corps, leur volonté de bouger la société au moment où la maladie qui les touche crie victoire, c’est à ce moment là que leur volonté courageuse sert à tous ceux qui savent ce que souffrances morales et physiques signifient.

A l’heure du bilan de l’année, j’aimerai rendre un hommage à un être qui m’a marqué en cette année de régression sociale, en cette année de restriction pernicieuse des libertés, une personne pour laquelle la souffrance n’aura pas brisé les convictions, des convictions portées vers les autres, celles qui cherchent à améliorer le sort de son prochain.

Comme Marie Imbert pour son fils il y a déjà bien trop longtemps, comme l’actrice Maia Simon en son temps, comme le médecin et l’infirmière Laurence Tramois et Chantal Chanel au service des patients avant elle, Chantal Sébire a indéniablement fait avancer le débat sur le droit de mourir dans la dignité, toujours interdit dans la France de 2008 où seule l’hypocrisie de l’euthanasie passive est permise.

Ils sont nombreux à se battre pour laisser le droit au patient de disposer de son propre corps en fin de vie, des associations font tout pour faire évoluer les esprits telle l’ADMD, mais rien ne peut remplacer la réalité du combat dans la souffrance chez ceux qui vivent l’absence de possibilité de choisir leur fin de vie comme une injustice et qui font tout pour faire progresser les mentalités si conservatrices lorsqu’il s’agit de bousculer des croyances intimes.  

Hommage posthume de 2008 dans humain

Chantal Sébire était de ceux-là, elle a eu le courage de médiatiser son horrible maladie incurable dans l’intérêt de tous, pour faire progresser les consciences, chacun pouvant se reconnaître dans sa souffrance s’il a été concerné de près par une telle situation.

Chantal Sébire ne restera pas une étoile filante dans l’univers des avancées sociétales lorsque l’on promulguera enfin le droit à l’euthanasie, ce droit a disposer de son propre corps jusqu’au bout, comme Marie-Claire ne le fut pas lors du procès de Bobigny en 1972, précurseur du libre droit à l’avortement pour les femmes.

Merci Chantal pour tous ces pauvres êtres humains qui souhaitent imposer leur propre désarroi de conscience pour dicter la soi-disant bonne règle à suivre. Ton combat servira à l’avenir, j’en suis certain.

Publié dans:humain |on 23 décembre, 2008 |3 Commentaires »

Traçabilité humaine…

Relayée par le CUAL 34, une initiative humaniste me semble essentielle et suffisamment symptomatique pour que j’en parle sur ce blog.

Traçabilité humaine… dans humain tracabilite

photo prise sur le site de Cyril Victor

Devoir raconter les disparitions dans notre pays, pas celles sur lesquelles la police est censée enquêter, non celles qu’elle provoque suivant en cela les choix politiques inhumains d’Hortepen et ses quotas, toujours plus déshumanisants, et surtout à l’abri de tous les regards bien pensants de notre société médiatique, seulement interessée lorsqu’un incendie se déclenche dans un Centre de Rétention Administratif.

Edifiante qu’une telle initiative, car le simple fait de devoir « tracer » les étrangers en situation irrégulière de ce pays, démontre l’intérêt porté à son prochain dans cette société individualiste du chacun pour soi où désormais les pires actions étatiques peuvent s’exercer en toute légalité, en toute indifférence et parfois dans la violence organisée la plus inepte.

Reste les témoignages….et c’est justement ce que se proposent de faire les créateurs ce site  qu’il faut soutenir bien qu’il soit tristement symptomatique de notre époque.

« Tracer » la nature humaine, qui pensait devoir en arriver là ?

Publié dans:humain |on 4 août, 2008 |8 Commentaires »

Hommage

Merci à Chantal Sébire pour le dernier combat qu’elle a eu la force de porter.

Elle, Maia Simon ou Marie Imbert auparavant sont des exemples pour faire progresser les mentalités, puissent-elles faire bouger les responsables politiques sclérosés.

J’espere bien qu’on lui a administré ce qu’il fallait pour abreger ses souffrances physiques et surtout morales. Merci à celui qui a eu le courage de le faire.

Publié dans:humain |on 20 mars, 2008 |10 Commentaires »

Touchant…..tout simplement

A ma Melelinga [Mélanie], mon soleil de printemps, ma princesse de la constellation du cygne, à elle que j’aime tant, je veux te dire que je suis la maman la plus fière de cette terre (…). Et si je devais mourir aujourd’hui, je partirais satisfaite de la vie, en remerciant Dieu pour mes enfants. Je suis heureuse pour ton master à New York. C’est exactement ce que je t’aurais conseillé. Mais attention, il est très important que tu fasses ton DOCTORAT. Dans le monde actuel, même pour respirer, il faut des lettres de soutien (…). Je ne vais pas même me fatiguer à insister auprès de Loli [Lorenzo] et Méla qu’ils n’abandonnent pas avant d’avoir leur doctorat. J’aimerais que Méla me le promette.
(…) Mélanie, je t’ai toujours dit que tu étais la meilleure, bien meilleure que moi, une sorte de meilleure version de ce que j’aurais voulu être. C’est pourquoi, avec l’expérience que j’ai accumulé dans ma vie et dans la perspective que donne le monde vu à distance, je te demande, mon amour, que tu te prépares à arriver au sommet.


A mon Lorenzo, mon Loli Pop, mon ange de lumière, mon roi des eaux bleues, mon chief musician qui me chante et m’enchante, au maître de mon coeur, je veux dire que depuis qu’il est né jusqu’à aujourd’hui, il a été ma source de joies. Tout ce qui vient de lui est du baume pour mon coeur, tout me réconforte, tout m’apaise, tout me donne plaisir et placidité (…). J’ai enfin pu entendre sa voix, plusieurs fois cette année. J’en ai tremblé d’émotion. C’est mon Loli, la voix de mon enfant, mais il y a déjà un autre homme sur cette voix d’enfant. Un enrouement d’homme-homme, comme celle de mon papa (…). L’autre jour, j’ai découpé une photo dans un journal arrivé par hasard. C’est une propagande pour un parfum de Carolina Herrera « 212 Sexy men ». On y voit un jeune homme et je me suis dit : mon Lorenzo doit être comme ça. Et je l’ai gardé.
La vie est devant eux, qu’ils cherchent à arriver le plus haut. Etudier est grandir : non seulement par ce qu’on apprend intellectuellement, mais aussi par l’expérience humaine, les proches qui alimentent émotionnellement pour avoir chaque jour un plus grand contrôle sur soi, et spirituellement pour modeler un plus grand caractère de service d’autrui, où l’ego se réduit à su plus minime expression et où on grandit en humilité et force morale. L’un va avec l’autre. C’est cela vivre, grandir pour servir (…).

A mon Sébastien [fils du premier mariage de Fabrice Delloye], mon petit prince des voyages astraux et ancestraux. J’ai tant à te dire ! Premièrement, que je ne veux pas partir de ce monde sans qu’il n’ait la connaissance, la certitude et la confirmation que ce ne sont pas deux, mais trois enfants d’âme, que j’ai (…). Mais avec lui, je devrais dénouer des années de silence qui me pèsent trop depuis la prise d’otage. J’ai décidé que ma couleur favorite était le bleu de ses yeux (…). Si je venais à ne pas sortir d’ici, je te l’écris pour que tu le gardes dans ton âme, mon Babon adoré, et pour que tu comprennes, ce que j’ai compris quand ton frère et ta sœur sont nés : je t’ai toujours aimé comme le fils que tu es et que Dieu m’a donné. Le reste ne sont que des formalités.
(…) Je sais que Fab a beaucoup souffert à cause de moi. Mais que sa souffrance soit soulagée en sachant qu’il a été la source de paix pour moi. (…) Dis à Fab que sur lui, je m’appuis, sur ses épaules, je pleure, qu’il est mon soutien pour continuer à sourire de tristesse, que son amour me rend forte. Parce qu’il fait face aux nécessités de mes enfants, je peux cesser de respirer sans que la vie ne me fasse tant mal. (…)

Ingrid Betancourt

Publié dans:humain |on 1 décembre, 2007 |8 Commentaires »

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008