La démocratie, quelle plaie pour les libéraux…

Papandréou, le suiviste libéral, a enfin cédé face à la force de la rue, celle de son peuple, qu’il fait pourtant tant souffrir depuis des mois par ses décisions austères et destructrices des vies de ses concitoyens.Il accepte enfin d’agir en démocrate, de consulter son peuple face à tant de décisions prises à l’encontre d’acquis sociaux gagné depuis des lustres, enfin il lui reste une once d’âme démocrate pour sortir la tête haute et permettre à son peuple d’exprimer ses choix.

Oh bien sûr, le référendum qu’il accepte de lancer n’a pas pour objectif d’interroger le peuple sur son avenir concret, non, il lui permettra simplement d’affirmer s’il souhaite continuer à être dépecé par l’Europe libérale pour s’enfoncer dans un puits sans fond où s’il envoie un « merde » puissance 100 à ces technocrates européens pour qui l’avenir du riche banquier a tellement plus d’importance que celui du simple citoyen européen.

La réaction surprise et aigrie de notre tout petit président, de ses sbires, ou encore des suiveurs du P(s), ont atteint un niveau d’indécence tellement haut sur l’échelle de la démocratie, qu’il est vraiment temps que le peuple reprenne la main sur tous ces démocrates de pacotille, toujours prompt en parole mais jamais dans les actes. Les voir étonnés, surpris qu’un 1er ministre élu en démocratie puisse demander l’avis du peuple, alors qu’eux, à Bruxelles, ils avaient tout réglé hein, ils avaient signé tous ensemble, à 17, pour un serrage de vis encore plus sévère, pour que le peuple grecs crève sur le dos des grands principes européens de maintien de la stabilité monétaire, grand principe démocrate qui rassure tant les agences de notation, les marchés financiers et tous les banquiers de la planète, ceux qui souffrent quoi….

J’ai honte de mes représentants, vraiment honte, de les voir s’insurger, vitupérer, s’ingérer dans une décision qui devrait pourtant réjouir ceux toujours prompt à se réclamer de la démocratie face aux tirans de ce monde mais qui sont incapables d’appliquer envers leur peuple ce qu’ils prônent ailleurs.

Ας τους αφήσουμε να πάνε όλα (qu’ils s’en aillent tous)

Publié dans : politique |le 1 novembre, 2011 |3 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

3 Commentaires Commenter.

  1. le 5 novembre 2011 à 1:14 Albert écrit:

    Salut Enzo,

    Je crains que le président de l’IS n’ait jamais voulu consulter le peuple grec, la manoeuvre étant d’abord politicienne et à des fins internes. Comment un social-démocrate, qui n’est même pas capable d’imposer le plus gros propriétaire terrien en la personne de l’église orthodoxe, pourrait-il se rapprocher du peuple?
    JLM est encore une fois aller un peu vite et ne propose même pas que la Grèce sorte de l’euro…Le FdG rejoint en cela le PS…

    Albert

  2. le 5 novembre 2011 à 22:24 enzo d'aviolo écrit:

    je te rejoins sur ta première partie dans le sens du calcul politicien de ce suiviste chronique qu’est papendreou. mais parfois les calculs politiciens peuvent servir les intérêts du peuple alors…
    pour autant, la thèse du calcul politicien s’est confirmé avec son énorme reculade qui le ridiculise à jamais.
    Sur la sortie de la Grèce de l’Euro, ça appartient aux grecs mais pas sûr qu’ils y gagnent, j’en sais rien à vrai dire, à mon sens le vrai problème n’est pas là, le vrai problème c’est d’accorder à la Grèce soit des taux d’emprunt du niveau des nôtres, soit d’annuler sa dette, et dans ce cas, plus besoin de rigueur ni de sortie de l’Euro.

  3. le 14 novembre 2011 à 16:06 Albert écrit:

    D’accord avec toi sur les taux d’intérêt : que la BCE prête aux Etats à 1,25 % comme elle le fait aux banques privées qui, elles, prêtent ensuite à 18 % à la Grèce.
    Mais cette mesure ne cesse d’être refusée par l’Allemagne et par la BCE, qui se retranchent derrière le traité de Lisbonne qui l’interdit.
    C’est pourquoi aujourd’hui, une avancée réelle pour obtenir une modification des traités allant dans le bon sens, ne peut advenir que si un gouvernement français futur montrait une vraie fermeté dans sa politique de récupération de souveraineté, en particulier monétaire, cette vraie fermeté consistant à être prêt si nécessaire à sortir de l’Union européenne…

Laisser un commentaire

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008