Enfin un vrai Front de Gagne…

L’autre gauche, la seule qui s’érige en rupture totale avec le système capitaliste, a enfin réussi à s’entendre sur un programme, des candidats communs et un candidat unique à la candidature à l’élection présidentielle de 2012.

Entendons nous bien, je n’ai aucune sympathie pour le système présidentiel de la 5ème république, je le combats même, déteste cette représentation médiatique qui participe plus du concours de beauté et de communication que du vrai débat démocratique d’idée.

Pour autant, cinq ans après la victoire du Non au référendum sur le projet de constitution européenne, dernier débat d’idée forcé duquel a pu naître un rejet massif de la perte de souveraineté du peuple, et alors que depuis la voix du peuple n’a pas été respectée, enfin disais-je, le peuple de gauche va s’unir pour avancer vers un objectif commun, gouverner autrement, ou à défaut, obliger le pouvoir en place à composer avec une représentation unie de l’autre gauche qui pèsera nécessairement sur les choix d’avenir.

Enfin un vrai Front de Gagne… dans politique campagne---place-au-peuple

Bien sûr, il manque encore le NPA, fortement vidé de sa substance tant les ralliements effectifs au Front de Gauche traduisent le jusqu’auboutisme malsain de la direction de ce parti. Cela reste toutefois une quantité infinitésimale de voix qui s’en va.

La réussite de cette alliance de partis est un déjà un véritable succès si j’en juge d’une part par la propension des opposants à reprendre une partie des idées du front de gauche (salaire maximum, tendance à la mise en place d’un protectionnisme intelligent etc…) mais surtout si l’on constate la haine sous-jacente d’une certaine médiacratie bien installée à laquelle cette union fait déjà peur.

Ainsi, l’on rend Mélenchon de nouveau trotskyste 40 ans après pour mieux ridiculiser le Parti Communiste, une rigolade, ou on l’affuble de prétentions ministérielles farfelues pour mieux signifier une ambition personnelle démesurée alors qu’il lui était pourtant si facile d’envisager un ministère en restant au P(s), ou enfin on le compare à Chavez si décrié en France, comparaison qui doit pour le coup certainement le conforter tant ce dernier a apporté à son peuple, et non aux médiacrates, depuis qu’il est au pouvoir démocratiquement élu depuis 11 ans au Vénézuela.

Toutes ces pertes de sang froid de ceux qui cherchent à décrédibiliser plutôt qu’à débattre, sont le signe d’un changement dans les rapports de force binaires habituels, et les discours tenus par Mélenchon et tous les partisans du Front de Gauche consistent avant tout à gagner la bataille sémantique pour imposer un débat d’idée autour des thèmes principaux du Front de gauche dont veulent les Français.

Plutôt que de dette, ils veulent qu’on leur parle pouvoir d’achat via un partage des richesses, plutôt que d’immigration, ils cherchent à entendre un projet d’avenir pour mieux vivre ensemble en rendant par exemple l’impôt constructif, égalitaire et envisagé comme la traduction d’un investissement pour l’avenir de leurs enfants et non d’un poids pour le présent comme il est trop souvent qualifié.

Le chemin est long avant les élections présidentielles et législatives, il est favorable à cette appropriation des thématiques et de la sémantique du Front de Gauche dans le débat publique, si chacun se l’approprie autour de lui.

L’avenir nous appartient désormais encore, nous peuple de gauche.

Publié dans : politique |le 28 juin, 2011 |9 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

9 Commentaires Commenter.

  1. le 29 juin 2011 à 10:51 toto écrit:

    Ah, ben c’est une bonne chose. (faudrait les verts aussi (m’enfin oui, compliqué)( pi la il y aurait une vraie chance ))

    Dis, faudrait motiver un peu le front de gagne pour qu’ils se mettent au revenu garanti. Ce serait vraiment important.

  2. le 29 juin 2011 à 14:18 enzo d'aviolo écrit:

    tout dépends de quels vert l’on parle car des libéraux comme cohn-bendit, non merci.
    qu’entends-tu par revenu garanti?

  3. le 30 juin 2011 à 11:34 toto écrit:

    Salut.
    (ah, les verts c’est compliqué, en effet)
    Le revenu garanti, ben, comme ca vite fait c’est pas facile a expliquer, mais :
    un revenu garanti inconditionnel versé a tous (qui permettrait de vivre)
    (oui je sais, ça a l’air énorme, mais sérieusement c’est le vrai truc a faire)
    Je te mets un lien vers un très bon texte qui parle de ça :
    http://www.peripheries.net/article326.html

  4. le 30 juin 2011 à 16:31 enzo d'aviolo écrit:

    merci pour ce lien. idée très intéressante que je ne connaissais pas et qui permet de sortir de l’idée du travail roi alors qu’il y a tellement d’autres façon d’être utile à la société (si tant est d’ailleurs que tous les travaux le soient). La difficulté est le seuil minimum de fixation qui peut faire l’objet d’un gros débat.
    Sinon, l’aspect versement universel me dérange aussi, sauf si un revenu maximum est mis en place, proposition du front de gauche ;)

  5. le 1 juillet 2011 à 18:29 toto écrit:

    Ah chouette :) .

    Ouais, difficulté du seuil minimum (moi j’mettrais genre 750euros). Et surtout difficulté de faire germer l’idée dans les têtes. Ca commence un tout petit peu a être connu comme idée, mais on est encore loin du grand public.
    (l’aspect universel, moi ca me dérange pas, c’est plus simple, pi comme ca y’a pas de ségrégation (ce qui n’empêche pas de mettre un revenu maximum en place ou autres impôts)).

    Bon week end :)

  6. le 15 juillet 2011 à 13:47 Un ignoble socialo réformiste écrit:

    Ouaaiis… la « vraie » gauche, c’est celle qui ne veut pas prendre le pouvoir, qui préfère rester « pure » dans l’opposition plutôt que de se salir les mains avec les socialos et autres écolos « libéraux » (sic) ?
    Perso, j’ai choisi en mai 2002 : il est beaucoup plus utile de faire changer le PS de l’intérieur que de rester sur le bord de la route en crachant sur les « vendus de réformistes ».
    Le coup du revenu garanti, c’est quelque chose que même Villepin, grand gauchiste devant l’Eternel, propose : allons, camarade « de la vraie gauche », encore un effort pour sortir du confort des opposants de toujours et contribuer à la construction du monde de demain !
    Et tant pis pour Mélenchon, s’il a besoin pour exister de rester le perpétuel opposant…

  7. le 17 juillet 2011 à 22:50 enzo d'aviolo écrit:

    tu divagues là. où as-tu lu que le front de gauche ne voulait pas du pouvoir? tu confonds avec le NPA!

    quand à encore croire à changer le P(s) de l’intérieur, à ce niveau de naïveté ça fleurte avec la bêtise!
    le P(s) est devenu un parti de centre gauche depuis 1983, et depuis lors, certains comme toi croient encore pouvoir le changer de l’intérieur et tout ce qu’il ont permis c’est de présenter des Royal ou de soutenir de Papandréou. on fait mieux niveau réformes non libérales…

  8. le 1 octobre 2011 à 11:30 Ivan écrit:

    Et que penseriez vous d’un horizon ce situant dans la tension entre:
    « Le jour où les usines tourneront toutes seules » et : « le travail sera devenu le premier besoin social »?
    Car c’est autour du travail, de son contenu, de son statut, de sa définition que ça va se jouer historiquement.
    Ramener sur 10 ans le temps de travail contraint à 25h par semaine en moyenne à production de produits de consommation constante et baisse de 15% de la consommation énergétique, ça c’est un programme ambitieux. Ça stimulerait la recherche, la production, la modernisation du secteur productif, ça donne du temps pour la citoyenneté et la création artistique, ca ouvre l’horizon et c’est mobilisateur.

  9. le 3 octobre 2011 à 9:06 enzo d'aviolo écrit:

    ce sont des objectifs philosophiques qui me vont bien, un peu tôt pour en faire un programme électoral crédible mais tendre vers cela et y parvenir dans quelques générations me semble salutaire.

Laisser un commentaire

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008