La loi du talion

Œil pour œil, dent pour dent, voilà en résumé le niveau de la politique américaine représentée par cette opération commando visant à tuer Ben Laden.

Entendons nous bien, je n’ai aucune compassion envers cet homme qui a semé la mort sur la planète depuis 15 ans et son décès ne m’émeut aucunement, mais croire que sa mort va un tant soit peu améliorer le rapport des pays occidentaux face au monde arabe est un leurre et une dangereuse vision politique.

Tout laisse à penser que Ben Laden a été délibérément et sciemment supprimé, faisant ainsi de la politique américaine un partisan de la loi du Talion qu’aucune démocratie digne de ce nom ne peut ériger en mode de fonctionnement.

Ce pays, qui se veut le défenseur des droits de l’homme dans le monde quand ça l’arrange, mais qui se singularise surtout par un impérialisme à toute épreuve, vient de démontrer par son ingérence sur le territoire pakistanais et par la mise en œuvre d’un contrat sur la tête de Ben Laden digne des pires organisations terroristes, qu’il fait fi des règles internationales qu’il aime édicter pour les autres, l’adage faite ce que je dis mais pas ce que je fais, prenant ici tout son sens.

Comment désormais, et pour de nombreuses années, pouvoir garder une once de crédibilité quand on s’affiche comme défenseur des peuples opprimés et que l’on utilise par ailleurs les mêmes méthodes que les pires dictateurs que l’on est censé combattre ?

Comment croire qu’une telle exécution pourra un tant soit peu affaiblir les convictions des plus extrémistes dont le désir de vengeance sera sans fin et dont les ralliements idéologiques face à un tel comportement d’Etat ne pourront que croitre ?

Comment enfin, lorsque l’on se veut une démocratie digne de ce nom, avec des convictions en matière de justice qui font de chaque homme, même le plus inhumain, doit être considéré comme un représentant de son espèce et avoir la droit de se défendre, peut-on exécuter  un homme avec préméditation alors qu’on lui reproche justement d’être un commanditaire d’assassinats ?

Décidément, et la déclaration d’Obama l’a confirmé, ce pays aime jouer avec un nationalisme exacerbé ancré dans l’inconscient collectif américain pour mobiliser son peuple face aux menaces extérieures, ceci au détriment de tous ceux qui souhaitent au contraire respecter les droits d’autodétermination des peuples en leur âme et conscience, appliquer les règles de droit international et prônent une autre réponse que l’ingérence et la vengeance au choc des civilisations et aux extrémismes que cette pratique impérialiste renforce.

Avec de tels comportements l’avenir n’est pas rose, pour les Etats-Unis en particulier, mais il ne faudra pas venir se plaindre.

Publié dans : politique |le 3 mai, 2011 |2 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 4 mai 2011 à 19:55 Bruno écrit:

    Quand le premier représentant de la soi-disant plus grande démocratie annonce « Justice est rendue » pour justifier un assassiner, faut-il que nos démocraties occidentales – et nous par la même occasion – soyons tombées bien bas pour violer les principes élémentaires du droit.

    Quelles que soient les horreurs qu’il ait pu commettre, tout homme a le droit inaliénable à un procès et à une défense (les « dignitaires Nazi » ont bien eu le droit à un procès en 1946).

    Plus j’y pense, plus je me rappelle l’exécution sauvage de Ceauşescu !

    De moins en moins envie de voter pour ne pas cautionner de tels agissements (Action Directe réveille toi, ils sont devenus fous !)

    Bruno

  2. le 5 mai 2011 à 11:40 enzo d'aviolo écrit:

    Au moins Ceaucescu, c’était rester une affaire roumaine Bruno, là c’est une exécution commanditée dans un pays étranger. Ahurissant en effet.
    pour le vote, déconne pas, on a besoin de tous les gauchistes… :)

Laisser un commentaire

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008