Archive pour mars, 2011

Pas de préférence nationale pour certains syndicats…

En cette période de normalisation du Front National par une partie de la classe politique qui ne trouve même plus choquant que l’on ne fasse pas de différence entre les idées frontistes et celles de gauche, il est rassurant de constater que quelques menus syndicats se rappellent que le fascisme n’était pas compatible avec la défense des salariés, rappelant aussi qu’il en est même son pire ennemi. 

Pas de préférence nationale pour certains syndicats… dans politique

Voilà pourquoi je rapporte une déclaration lourde de sens de certains syndicats, de gauche, qui ne semblent pas avoir totalement perdu le sens des responsabilités comme ceux qui nous gouvernent qui ont décidemment la mémoire bien courte lorsqu’il s’agit d’effectuer de petits calculs politiciens.

La situation sociale est grave : 5 millions de demandeurs d’emploi, 8 millions de Français vivant sous le seuil de pauvreté, accroissement de la précarité, conditions de travail dégradées…

L’accroissement des inégalités et des injustices mine la cohésion sociale. L’absence de perspectives, un dialogue social insuffisant, provoquent interrogations et désarroi face à l’avenir.  Dans ce contexte, les organisations syndicales, ne peuvent rester indifférentes à l’utilisation de la situation sociale pour promouvoir certaines thèses dans le débat public comme le fait le Front national. La thèse de la préférence nationale est antinomique avec les valeurs fondamentales du syndicalisme. L’exclusion, le rejet de l’autre, le repli de la France sur elle-même et la fermeture des frontières, la désignation de boucs émissaires, la dénonciation de l’immigration comme responsable de tous les maux sont des attitudes qui, l’histoire en témoigne, ne peuvent conduire qu’au pire. Les organisations syndicales agissent quotidiennement pour rechercher et exiger des réponses face à cette situation sociale ; en matière d’emploi, de pouvoir d’achat, d’égalité des droits… Leur action est portée par les valeurs qui sont celles du syndicalisme au coeur desquelles figurent la solidarité entre tous les salariés et la lutte contre toutes les formes de discrimination.

Les organisations syndicales CFDT – CGT – FSU – SOLIDAIRES – UNSA sont déterminées à empêcher l’instrumentalisation du syndicalisme par le Front national qui n’est pas un parti comme les autres et dont les orientations sont à l’opposé des valeurs qu’elles portent. Les organisations syndicales sont aussi garantes du respect de ces valeurs au sein de leurs organisations et par leurs militants.

Publié dans:politique |on 22 mars, 2011 |Pas de commentaires »

La démocratie du leurre….

Nous sommes à 15 jours d’une élection cantonale et le débat médiatique tourne majoritairement autour des sondages ridicules et supposées de Le Pen au second tour de la présidentielle dans 15 mois et sur la liberté d’expression autour des propos racistes condamnés d’un journaliste d’opérette.

Pas un sondage qui ne commente la future élection cantonale, pourtant non seulement bien plus représentative du quotidien et de l’avenir de la majorité des citoyens que les magouilles sondagières ou les élans racistes télévisuels de l’intelligentsia médiatique, ce à l’heure où le département comme la région bouchent les fuites du désengagement politique dans tous les domaines qui créent pourtant du lien social, mais aussi qui serait riche d’enseignement sur les tendances à 15 jours de l’élection plutôt que de commenter l’extrapolation virtuelle, rémunérée et trafiquée de supposés instituts dont le titre galvaudé est plus proche en matière déontologique de celui des instituts de massage que celui de l’institut de France.

La presse institutionnelle comme les médias sont tombés si bas dans leur traitement de l’information qu’ils en sont à conforter le débat démocratique dans une mièvrerie manipulatrice initiée par le pouvoir en place qui est en train de nous refaire le coup de 2007 lorsqu’il avait sorti de son chapeau une Royale illégitime, mais boostée médiatiquement au point d’influencer majoritairement le troupeau de mouton des militants P(s) lors de la désignation du candidat à la présidentielle. Sarkozy l’avait rêvé, il l’avait fait, on ne change pas une méthode qui gagne.

Aussi on agite désormais Le Pen comme un rappel à l’ordre du vote utile, comme une preuve conjuguée de l’absence totale de projet politique radicalement alternatif. Cette volonté de dupe de réellement envisager un autre avenir pour les Français que les coups de baston qu’ils prennent depuis 9 ans n’est que façade.

Le chiffon Le Pen que l’on agite vaillamment pour mieux éviter de parler des choses qui fâchent, de toutes ces promesses non tenues pour les plus démunis pendant que les plus riches se sont gavés, sert comme toujours ceux qui fustigent l’immobilisme en parole, mais cherchent surtout à ce que rien ne bouge, rien ne change dans les équilibres de classe, en clair que les différents pouvoirs institutionnels restent toujours entre les mains des UMP(s).

Parler de l’insignifiant, quand on souhaite ne rien changer de l’essentiel en quelque sorte…

La démocratie du leurre….  dans politique democratie

Le cas Zeymour concoure du même ressort intellectuel. On crée un débat de société sur la liberté d’expression qui serait menacée pour les racistes, alors qu’elle l’est dans les faits, bien plus pour les humoristes, journalistes d’investigations et autres philosophes extérieurs au cercle BHL/Finkelkraut et compagnie adoubé par le pouvoir, pour mieux exciter les bas instincts qui sommeillent en chacun d’entre nous au nom d’une supposée privation de parole pour exprimer des propos que la loi condamne, alors que si privation de parole il y a, c’est surtout dans les urnes qu’elle se produit, ou plutôt ne se produit pas, par exemple lorsque les parlements nationaux et européens privent le peuple d’une partie de ses droits fondamentaux à décider ce qu’il souhaite pour son avenir (indépendance des choix budgétaires nationaux encadrés, choix de retraites imposés, constitution européenne confisquée au vote etc…).

Cette agitation de façade, qui conforte l’agitation politique autour de Le Pen, n’est que stratégie du leurre qui consiste à détourner l’attention du peuple de l’essentiel de son quotidien. Là où il souhaiterait améliorer son pouvoir d’achat, on lui parle maitrise de l’immigration, là où il souhaiterait un travail digne pour le plus grand nombre, on lui parle menace de la liberté d’expression de quelques nantis dérapages de la caste journalistique, là où il souhaiterait un accès égalitaire à tous les services publics essentiels qui permettent un meilleur « vivre ensemble », on lui rabâche les sempiternelles balivernes sur les racines chrétienne de la France, enfin là où le débat démocratique souhaité par le peuple à l’occasion d’une élection locale qui contribue à son quotidien s’approche, on lui parle du casting du second tour des élections présidentielles qui se dérouleront dans 15 mois.

Il y a vraiment de quoi être inquiet pour ce que nous nommons encore démocratie.

Publié dans:politique |on 9 mars, 2011 |5 Commentaires »

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008