des gros mensonges qui en disent long…

Benoît Hamon a estimé lundi que le leader du Parti de Gauche (PG) Jean-Luc Mélenchon, « était tout à fait fréquentable quand il s’agit de discuter de circonscriptions législatives. Le Parti de gauche vient en délégation dans les semaines qui viennent, comme il est déjà venu, pour parler des législatives. Nous parlerons contrat de gouvernement et plateforme commune, avec plaisir, comme nous le ferons avec le PCF et les écologistes. Je souligne juste que le PS ne peut pas être à la fois complice d’une politique qui affame le peuple et en même temps tout à fait fréquentable quand il s’agit de discuter d’un contrat de gouvernement et de circonscriptions législatives« .

Affirmer face à la presse libérale,  qui n’en demandait pas tant, des faits qui ne se sont jamais produits ou qui ne se produiront jamais, a quelque chose de pathétique qui en dit, une fois de plus, très long sur l’état de déliquescence du P(s).

Lorsque l’on en est réduit à essayer de convaincre l’opinion en essayant de diviser par le mensonge ce qui pourrait constituer éventuellement le socle de réserve électoral lors d’un second de présidentielle déjà improbable, revient à se tirer une balle dans le pied à coup sûr, quand bien même ce second tour soit atteint.

Alors que le front de gauche construit son offre politique depuis plus de 2 ans avec des débats de fond, sur un programmme de rupture concret, transparent et alternatif, le P(s) ne cesse de se complaire dans la perpétuation de ses pseudos acquis électoraux et cherchant avant tout à faire peur ou en assénant des contre-vérités plus vulgaires et conflictuelles les unes que les autres.

Même Hamon, que l’on pouvait considérer comme l’un de ceux pour lesquels le socialiste continuait d’avoir un sens réel, se complait désormais dans ce jeu malsain pour son propre parti et pour son honnêteté intellectuelle désormais plus que sérieusement remise en cause.

Voilà des comportements de bien mauvaises augures pour les prochaines échéances électorales et pour l’espoir d’un avenir de changements réels dans notre pays.

des gros mensonges qui en disent long... dans politique parti-socialiste-rose-logo

Publié dans : politique |le 27 janvier, 2011 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 28 janvier 2011 à 9:52 fmds21 écrit:

    Qui faut il entendre au PS, Huchon, Vals et d’autres qui taxent, en le vilipendant, Mélenchon de populiste. Olivennes ou Cabut de la gauche caviar qui le traitent de fasciste au coté de Marine le Pen ? La cacophonie calomnieuse à ses limites et de plus elle est sans objet. La réalité est toute autre le Ps a abandonné le socialisme pour le néolibéralisme pour preuve écouter : Hollande, Strauss Khan, Colomb et les autres ils sont intarissables sur le sujet. Vals est d’accord avec Sarkozy sur les retraites … Le déni de démocratie a été franchi en votant avec Sarkozy pour le TCE et la réforme constitutionnelle. La gauche, le socialisme, n’ont plus d’avenir avec le Ps. Il est devenu un parti de notable qui garde ses prés carrés régionaux, il mute rapidement et inéluctablement en parti radical socialiste, il subira le même sort. Alain

Laisser un commentaire

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008