Archive pour décembre, 2010

Petits écœurements politiques quotidiens(5)

Grenelle, ils n’ont eu que ce mot à la bouche pour masquer l’inconséquence de leur action en matière d’environnement et pour faire passer des vessies productivistes pour des lanternes environnementales.

Et ça se confirme dramatiquement par le décret n°2010-1510 du 10 décembre 2010 qui suspend pour 3 mois tout rachat par EDF de l’électricité produite par le photovoltaïque privé ou public.

Cette décision est la preuve par les faits que ce qui guide avant tout ce gouvernement, ce sont les pressions lobbyistes des actionnaires d’EDF et non la volonté réaffirmée, non seulement de développer les énergies propres, mais aussi d’installer durablement un nouveau secteur d’activité créateur d’emploi localement et rééquilibrant la toute puissance du nucléaire en France.

Du coup, coupure de robinet, plus d’incitation à l’installation de panneaux photovoltaïques!

Combien de projets arrêtés voire mis juridiquement en danger par cette décision ?

Combien d’acteurs de la filière qui revoient leur stratégie en urgence pour le long terme au sujet de leur installation définitive en France? De telles décisions politiques de girouettes fragilisent la pérennité initiale des projets envisagés, comme si le marché de l’emploi actuel avait besoin de cela !

Cette inaptitude à la gestion intelligente du développement durable, concept tellement galvaudé par ceux qui s’en réclament, permet d’ouvrir les yeux sur le caractère totalement factice et démagogue de la politique libérale qui nous gouverne en matière environnementale.

Publié dans:politique |on 21 décembre, 2010 |4 Commentaires »

Petits écœurements politiques quotidiens(4)

En lisant le dernier petit opus « indignez-vous » de Stéphane Hessel, me viennent immédiatement à l’esprit les propos de Copé samedi soir dans l’émission de Ruquier qui m’ont fait rapidement éteindre la télévision une fois ces paroles mémorisées.

Ce dernier nous explique très sérieusement qu’il faudra dire la vérité aux Français, qu’il faudra travailler plus (en gagnant moins) et réduire nos acquis sociaux parce que la France ne pouvait vivre isolée et au dessus de ses moyens.

Il s’agit bien entendu de la docta libérale habituelle, mais exprimée d’une façon tellement décomplexée et péremptoire que la portée de l’indignation à laquelle aspire les propos de cet homme qui a participé à la mise en place de toutes les grandes constructions sociales de la France d’après-guerre, trouve un sens particlièrement précis.

Comment la France d’aujourd’hui, infiniment plus riche et aisée que celle d’après guerre, n’aurait pas les moyens de protéger égalitairement les enfants de sa république?

Quels cheminements intellectuels et régressions de la pensée ont pu à ce point pervertir les cerveaux pour engendrer des Copé dans notre société ?

Alors que plus d’un siècle et 3 guerres mondiales étaient enfin parvenues à faire comprendre aux Français que seule la solidarité et l’empathie envers son prochain étaient source de bien vivre ensemble et de l’espoir d’une place pour chacun dans notre société, 60 ans plus tard, les cerveaux déraillent à nouveau, une classe sociale se battant pour dominer l’autre dans le but d’un enrichissement infini au détriment du plus grand nombre.

Indigné, je suis. 

Publié dans:politique |on 13 décembre, 2010 |16 Commentaires »

Quand le P(s) faisait alliance avec Le Pen…

A entendre la gauche molle en ce moment, celle qui accule le petit peuple vers une misère programmée mais qui ne s’empêche jamais de rappeler ce que devrait être la démocratie selon sa vision Fmiste, la gauche du parti (socialiste) personnifiée par Jean-Luc Mélénchon ne serait qu’une pâle copie conforme populiste de ce que Jean-Marie Le Pen incarnait jusqu’à présent dans la paysage politique français.

C’est en tout cas à ce type de questions comparatives auxquelles s’adonnent avec un bonheur non dissimulé la caste des journalistes qui ne sont pas là pour penser mais pour faire du sensationnel en invitant des philosophes de salon comme BHL à se prononcer sur l’action de Jean-Luc Mélenchon.

Au-delà de l’incongru et du malfaisant de ce type de question qui indique déjà la réponse attendue à partir de la question et qui est une forme de provocation insensée pour qui connaît l’attachement républicain et démocratique de cet homme, la comparaison susurrée par certains (socialistes) et journalistes rapporteurs entre Jean-Luc Méléchon et l’extrémiste raciste Le Pen, omet juste 20 ans d’histoire récente du P(s).

En effet, chacun sait que le président du Parti de Gauche fait cause commune avec le Parti Communiste dans une alliance politique durable, le Front de Gauche, et partage l’essentiel des positions politiques du parti communiste. Or on sait également qu’entre 1981 et 2002, le parti communiste a participé à de nombreux gouvernements avec le P(s).

Si le P(s) a pu s’allier avec le PC (comme c’est d’ailleurs encore le cas au niveau local dans certaines régions) et que ce PC est aujourd’hui allié avec le parti de gauche, par transitivité, le P(s) fût-il complice d’une alliance gouvernementale avec un parti raciste, extrémiste, parfois homophobe et antisémite?

Une fois de plus, les donneurs de leçons démocratiques balayent difficilement devant leurs portes et s’accointent facilement d’amalgames révoltants pour discréditer ce qui fait peur et met au grand jour, pour bien connaître le P(s) de l’intérieur, le vide intersidéral de la pensée et du projet d’avenir de ce parti.

J’ai pourtant bien l’impression que peu sont dupes du manège malfaisant qui s’exerce…

Publié dans:politique |on 4 décembre, 2010 |4 Commentaires »

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008