Le bon exemple des cheminots…

A quoi doit servir une grève? revendiquer certes, mais pour qu’elle soit efficace, que les négociations aboutissent, il s’agit de déranger les habitudes et modes de fonctionnement de ceux qui tiennent le pouvoir décisionnel, et si possible en gênant le plus grand nombre pour que l’opinion soit alertée des revendications tues par ceux qui ont intérêt à ce que rien ne change.

La grève actuelle à la SNCF est exemplaire à plus d’un titre. D’abord sur le mode opératoire qui ne jure que par la grève continue, seule capable de contraindre les dirigeants à réagir pour éviter la montée de la grogne des usagers et limiter les pertes de chiffre d’affaire.

Si dans un premier temps les dirigeants font tout pour discréditer la grève en conditionnant toute négociation à une reprise du travail et en affichant une gestion de la grève sans difficultés, c’est bien la motivation affichée dans la poursuite de cette grève qui permet une focalisation médiatique sur les revendications et sur la méthode employée par la direction pour éviter tout dialogue social, les usagers constatant par eux-mêmes que leurs déplacements quotidiens sont fortement perturbés par ce refus du dialogue ou ce dialogue conditionné.

La mobilisation a beau être plutôt faible, elle est tenace, radicale, elle coûte cher et démontre en quoi les belles paroles ou les jolies conventions signées sur le dialogue social ne sont que foutaises. Cela l’opinion publique le constate et si l’usager est usé car pénalisé dans son quotidien alors qu’on lui dicte que tout va bien, il ne peut que se retrouver dans la dénonciation des méthodes habituelles actuelles en vigueur dans les entreprises ou le chantage et le non respect des engagements sont monnaie courante.

Le bon exemple des cheminots… dans politique

Exemplaire, cette grève l’est aussi de part les revendications qu’elle porte en matière de service public. Les cheminots sont bien placés pour observer la dégradation de leurs horaires de travail, la diminution des effectifs d’entretien, la suppression de toutes les lignes censées être non rentables (notion absurde en matière de service public), l’enrichissement de façade de la SNCF que l’on a séparé en deux (création de réseau Ferré de France en 1997) pour socialiser les dettes chez l’un et maximiser les profits chez l’autre en ne gardant que ce qui est rentable, l’objectif libéral étant à terme de sortir du public cette entreprise qu’il s’agit de valoriser aux yeux des actionnaires, en faisant payer les dettes d’infrastructure via RFF à l’ensemble de la communauté.

Evidemment la SNCF n’est pas un cas isolé dans le démembrement actuel des services publics, c’est même un concentré de ce que l’on prend au bien commun, à l’opposé des intérêts de chaque citoyen usager, c’est un appauvrissement global de la richesse du pays redistribué vers l’intérêt d’un petit nombre.

Enfin cette grève, je la trouve remarquable pour l’exemple qu’elle apporte en matière de lutte syndicale, ou quand les syndicats affichent une priorité d’entreprise pour un combat d’intérêt général, avant des intérêts nationaux d’affichage, tel le ridicule FO censé réserver ses forces pour le futur combat sur l’avenir des retraites qui ne l’empêchera pourtant pas de prôner de multiples journées de grèves alternées lorsqu’il s’agira de préserver ce qu’il y a à sauver, usant et fatigant la motivation du plus grand nombre pour un effet en terme de résultat obtenus désastreux.

Je sais bien que mon soutien infaillible au combat actuel des cheminots est loin d’être largement partagé par les nombreux usagers pénalisés tous les jours, mais je suis persuadé qu’il faut parfois être impopulaire (je parle des cheminots) pour faire jaillir la vérité du combat mené, combat qui dépasse de très loin les intérêts corporatistes que l’on voudrait laisser transparaitre. Quelque part, nous sommes tous des cheminots.

Publié dans : politique |le 12 avril, 2010 |8 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

8 Commentaires Commenter.

  1. le 12 avril 2010 à 21:18 cheminot idf écrit:

    Merci pour ce soutien qui devient rare au fur et a mesure que les jours de grève se suivent.
    La direction a pris le pari d’un essouflement de la mobilisation, elle l’a perdu, nous ne lacherons rien et s’il faut passer a d’autres forme d’actions nous le ferons.
    Bonne continuation

  2. le 12 avril 2010 à 22:31 enzo d'aviolo écrit:

    ça fait plaisir de lire de tels messages, personnellement ça me donne le moral et me permet de croire que lutter n’est pas vain et que la persévérance s’imposera. Vous avez mon total soutien y compris pour des actions politiquement incorrectes justifiées par le dédain auquel vous faites courageusement face.

  3. le 13 avril 2010 à 11:33 Birg écrit:

    Il faut en effet du courage à ces derniers combattants, largement présentés par les médias comme de vulgaires preneurs d’otages. Les usagers finiront peut être par comprendre que les coupables se trouvent dans les locaux de la direction et pas sur les voies.
    Un peu sévère par contre pour FO, un des rares syndicat, sinon le seul, à se battre pour obtenir des autres un mot d’ordre de grève générale en lieu et place de ces promenades trimestrielles dans les rues que certains appellent manifestations et qui ne font que désespérer davantage les salariés par leur inutilité.

  4. le 13 avril 2010 à 22:22 enzo d'aviolo écrit:

    Birg,

    FO n’est pas le seul loin de là à proner la grève générale (et encore pour des revendications bien ciblées) mais le voir s’opposer au mot d’ordre de greve à la Sncf décrédibilise son message et pénalise les plus motivés. J’y vois surtout là une fois de plus, un petit calcul électoral lié au fait que FO soit de moins en moins bien représenté dans cette entreprise. Dommage.
    Entièrement d’accord avec toi sur le constat des ballades trimestrielles. ;)

  5. le 15 avril 2010 à 9:21 lou passéjaire écrit:

    Comme dit monsieur le patron de la SNCF , 78% des TER circulent normalement …
    Un TER, pour lui c’est un autocar d’une entreprise privée, …
    J’ai fait avant hier un voyage ( obligé ) Brive – Neussargues ( à coté de St Flour ) … en discutant avec des chauffeurs de bus qui espéraient une gréve générale illimitée des transports …

    Pour en finir avec la logique de liquidation du service public à l’oeuvre …

    20 avril, journée d’action intersyndicale public privé ( sans les UD-UL FO ) sur la corréze … on remet ça le 1er mai … et qui sait …

  6. le 15 avril 2010 à 10:10 enzo d'aviolo écrit:

    très juste, je partage tout. ;)

  7. le 4 mai 2010 à 9:18 patrice trempil écrit:

    pas vraiment un commentaire, juste un article qui complète bien à mon avis :
    http://infos.lagazettedescommunes.com/37336/le-tgv-peut-il-payer-pour-tout-le-systeme-ferroviaire/

  8. le 4 mai 2010 à 10:06 enzo d'aviolo écrit:

    merci Patrice, la conclusion est édifiante et montre bien les ressorts libéraux de la gestion des services publics que l’on veut rentables. Vous voulez la peste ou le choléra pour que ça le soit? :(

Laisser un commentaire

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008