Un tout petit dictateur…

Evidemment Sarkozy manipule les médias depuis qu’il fait de la politique, il tutoie les journaliste dès qu’il le peut et dès que sa fonction lui donne le pouvoir de le faire, il affronte et provoque pour que la docilité s’affiche des les faits et gestes de ses interrogateurs.

Tout cela, nous le savons depuis bien longtemps et la dernière vidéo en vogue sur Internet ne fait que confirmer ce comportement.

Là où cette attitude prends une ampleur particulière, c’est qu’elle se manifeste à un moment où la télévision publique est en train d’être mise sous l’éteignoir du pouvoir par le tarissement de sa libre source de financement que représente la publicité et qu’en outre le contrôle de cette télévision publique est désormais clairement affichée comme devant être à la solde du pouvoir en place via la désignation politique de son président !

Entendons nous bien, cela fait un moment que mes illusions sur l’indépendance journalistique de France télévision se sont évaporées, je sais très bien que la presse actuelle et en particulier la télévision sont à la solde des pouvoirs financiers de ce pays et en particulier de l’idéologie libérale représentée par tous les grands partis en place, les contestataires adoubés par les médias étant souvent là pour servir de faire valoir lorsqu’ils se comportent tels que les éditorialistes politiques le souhaitent, tel Besancenot s’affichant chez Drucker !

Pourtant, comment ne pas être effaré par le fait qu’en plus de contrôler économiquement l’information, le parti de la presse et de l’argent veuille désormais affilier l’information au pouvoir en place via un petit dictateur aux dents longues nommé Sarkozy.

De Carolis s’en émeut enfin, mais n’est-ce pas un peu tard et surtout parce qu’il sent le vent tourner pour sa personne !?

Un tout petit dictateur… dans politique sarkozy

Il est tout de même affligeant qu’une telle attitude péremptoire de la part du plus haut représentant de la Vème république puisse se faire aux yeux de tous sans que communément ceux qui sont attachés à la démocratie, dont l’héritage en matière de liberté de la presse est directement redevable au Conseil National de la Résistance, se regroupent pour refuser ces dérives dictatoriales et exiger l’absence de tout contrôle de l’Etat sur l’information.

Si Sarkozy n’exerçait pas son pouvoir dans une pays structuré démocratiquement comme la France, qu’en serait-il aujourd’hui d’un des piliers de toute démocratie, celui de la liberté de l’information ?

J’espère que les 53% de Français qui ont adoubé cet énergumène commencent à se rendre compte que décidément en Sarkozie, ça ne sent vraiment pas bon.

Publié dans : politique |le 2 juillet, 2008 |12 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

12 Commentaires Commenter.

  1. le 2 juillet 2008 à 22:49 dominique écrit:

    ahh, il parait que Sarkozie va faire de la philosophie….grâce à Carla…le bonheur nous guette…

  2. le 3 juillet 2008 à 8:33 fmds21 écrit:

    Les électeurs avec bassesse acceptent passivement les réformes qui conduisent à la plus grande régression jamais enregistrée. Ils ne se redent pas compte que nous avons à faire au pire dictateur que l’Europe est connue depuis 1940, les lois liberticides, les fichiers honteux, le dernier dénommé Edwige permet de ficher les enfants à partir de 13 ans sans bien sûr qu’il est commis un quelconque délit. Ils acceptent ainsi la remise en cause de leurs libertés fondamentales de la démocratie. Heureusement il semble que l’indignation provienne maintenant des structures de l’Etat. Ce n’est pas bon, ce n’est pas sain, le nabot fait mal à la France. Alain

  3. le 4 juillet 2008 à 18:50 E.M. écrit:

    Oui, nous étions nombreux à savoir avant qu’il soit élu, que Sarkozy serait le président qu’il est aujourd’hui. Nous avons bien tenté d’expliquer au gens autour de nous, mais cela n’a servi à rien. Et le pire est à venir… Oui Alain, Edwige ne sent pas bon du tout…

  4. le 5 juillet 2008 à 11:08 Flo Py écrit:

    Bonjour Enzo (et les autres) !

    En Italie, on envoie la flicaille relever les empreintes digitales des Roms (enfants et adultes). En France, on crée la DCRI et EDVIGE. Au Parlement européen, on vote la Directive « retour »…
    Le parfum des années 30 est d’autant plus persistant si on considère que le krach de 1929, c’était de la gnognotte à côté du pic pétrolier. On n’a (nous, humanité) jamais su résoudre les crises autrement que par l’autoritarisme et la guerre. Autant s’y préparer dès maintenant ; y a vraiment aucune perspective d’amélioration avant un bout de temps.

    Bises et bon week-end !

    PS : pardon, je ne suis pas d’un optimisme débordant, mais a-t-on réellement la possibilité d’être optimiste ?…

  5. le 5 juillet 2008 à 14:11 fmds21 écrit:

    Flo Py il faut avoir confiance en nous, ne pas se résigner, surtout être socialiste et ne pas renier nos valeurs comme le font trop honteusement ceux qui se disent socialistes en se transformant en chantres et suppos du libéralisme. Alain

  6. le 5 juillet 2008 à 18:15 Flo Py écrit:

    @ Alain

    Je vais être claire : je ne suis ni résignée, ni socialiste (ou alors peut-être au sens où l’entendait Jaurès, mais cette acception existe-t-elle encore ?). Plutôt une graine d’ananar tendance coco qui a souvent donné sa voix au P(S) en désespoir de cause.
    Votre « il faut » me semble un peu court, j’avoue…

    Bises et bonne fin de journée !

  7. le 5 juillet 2008 à 18:44 enzo d'aviolo écrit:

    @flo py
    oui je sais effectivment il n’y a vraiment pas de quoi faire preuve d’optimisme, tous les partis d’opposition ne nous y incite pas particulièrement!
    autoritarisme, oui c’est ce qui se développe très fortement, jusqu’à quand et jusqu’où!?

  8. le 6 juillet 2008 à 11:33 fmds21 écrit:

    Beaucoup d’amertume. Sur l’autoritarisme vous avez raison ils ne peuvent conduire le néolibéralisme que de cette façon. Notre combat n’est pas de diviser la gauche au contraire il est de réunir sans hégémonie les partis, les militants, puis les électeurs qui veulent une autre politique. Et là je confirme c’est possible ou alors il ne faut plus faire de politique. La politique est faite pour changer et améliorer les conditions de vie des citoyens. Elle n’est pas faite pour accepter ce qui restreint leurs droits leur pouvoir d’achat leur épanouissement… Je milite pour cela. Alain

  9. le 6 juillet 2008 à 20:33 Christine RS21 écrit:

    Faut dire qu’il n’y a personne en travers de la route de ce petit dictateur ! Tout le monde laisse faire y compris la gauche bien sûr et les syndicats au premier rang ! Il y a de quoi être écoeurée… Tous les jours, il nous pond un décret anti-démocratique et le pire est à venir sans aucun doute.

  10. le 6 juillet 2008 à 21:45 enzo d'aviolo écrit:

    @alzin
    pour ça que je n’en fait plus! ;)

    @xtine
    oh que oui! je partage

  11. le 29 juillet 2008 à 23:55 De La Mata Jeanpaul écrit:

    Et un dictateur , un vrai , c’est quoi ?

  12. le 30 juillet 2008 à 10:44 enzo d'aviolo écrit:

    il est en devenir t’inquiète.
    pour la définition je te laisse à ton appréciation

Laisser un commentaire

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008