800 000 ignares nationalistes!?

Ce que j’apprécie particulièrement dans l’Europe qui se construit à travers ceux qui nous représentent, c’est leur capacité à tirer les enseignements des votes populaires qui s’expriment à chaque fois qu’on interroge le peuple sur l’avenir de l’Europe. Leur conclusion est toujours similaire, on continue, on ne change rien !

Le récent vote négatif de l’Irlande, intervenant après ceux du même pays en 2002 contre le traité de Nice, puis ceux de la France et des Pays-bas en 2005 contre le TCE, n’a eu pour conséquence récurrente chez ceux qui défendent une vision libérale de l’Europe, que la recherche des raisons expliquant un vote immédiatement qualifié d’incompréhensible quand il n’est pas railler en dénonçant l’inintelligence de ceux qui se sont prononcés contre les choix envisagés.

Cette insulte libérale à la démocratie pourtant prônée par ailleurs dès que cette dernière promulgue des choix correspondant aux attentes de ceux qui tiennent les rênes de l’Europe actuelle, est une insulte individuelle à tous ceux qui ne réclament rien de plus qu’une vision d’avenir de la société européenne plus solidaire, plus à l’écoute du quotidien de chacun, plus représentative des diversités.

Je sais bien que ceux qui insultent les Nonistes vont m’expliquer en outre que mon opposition à la vision libérale de l’Europe s’accouple aux votes nationalistes pour contrer les arrangements constitutionnels des libéraux, ajoutant ainsi à l’insulte une recherche de culpabilisation malsaine, comme si seul le cas des référendums amenaient des électeurs aux aspirations antagonistes à se retrouver sur le même vote.

Mais est-on bien sûrs chez les Ouiouistes que tous les votes favorables à l’Europe libérale ont les mêmes fondements et que seuls des esprits sains apportent leur contribution au Oui ? j’en doute et affirme que les manipulations communicatrices en tout genre proférés avant les votes référendaires sont bien moins dignes que le comptage circonstanciel de votes dont les motivations sont opposées.

Dans tous les cas, il est affligeant de constater à quel point voter est désormais méprisé par l’intelligentsia pro Europe libérale dès lors que les choix d’en haut ne sont pas ratifiés par le peuple, quand on le lui demande….

Ce mépris absolu de la souveraineté qu’il est immédiatement envisagé de contourner par un tour de passe-passe dictatorial que ne renieraient pas les pires despotes de cette planète, est très inquiétant pour l’avenir, car au lieu de renforcer les liens entre les peuple européens, il renforce les différences, accroît les inquiétudes, bafoue les consciences individuelles en renforçant les recherches d’appartenance corporatistes menant aux refuges vers les extrêmes.

J’abordais dans mon précédent billet la contradiction libérale criante quand il s’agit de mettre les actes en concordance avec le paroles. L’inacceptation des votes démocratiques populaires en est une illustration supplémentaire, et celle-ci risque de renvoyer l’Europe aux pires heures de son histoire.

Publié dans : politique |le 19 juin, 2008 |2 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 20 juin 2008 à 7:55 fmds21 écrit:

    A la télévision il faut entendre, Alain Minc dire que ces imbéciles d’irlandais étaient un tout petit grain de sable méprisable qui avait fait déraillé le train du traité simplifié Sarkozyen, Jacques Barrot Vice Président de la commission insiste sur le fait qu’il faut continuer le processus de ratification sans tenir compte des non successifs des peuples. Ils sont trop bêtes pour comprendre les termes constitutionnels. Pour l’Europe sociale c’est encore plus clair, ce n’est pas la mission de l’Europe elle doit d’organiser la concurrence libre et non faussée permettant une exploitation sans merci des salariés européens. Dans le genre néolibéralisme mondialisé transformant l’UE en zone de libre échange on ne fait pas mieux un orfèvre dans son genre le père Barrot.
    Insupportable d’entendre cette aristocratie technocratique pleine de suffisance, de morgue, de mépris, contestant et usurpant la démocratie pour sa seule vision néolibérale. Avec condescendance elle martèle qu’il n’y a pas d’autre solution c’est eux ou rien.
    Ces méprises de la démocratie sont très dangereuses pour l’UE. L’axe du IVème Reich qui va de Barosso, Berlusconi, Bush à Sarkozy se reforme. Ils sont bien décidés de persévérer dans leur entreprise néolibérale dévastatrice, d’usurper et de détourner le pouvoir. C’est à nous de réagir les irlandais viennent de nous faire vivre un grand jour de démocratie.

  2. le 20 juin 2008 à 8:05 enzo d'aviolo écrit:

    @Alain
    je partage.

Laisser un commentaire

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008