Nous sommes tous des Irlandais…

Lorsque l’on est attaché à la démocratie, celle qui fonctionne grâce au respect du choix des peuples et non par l’illusion manipulatrice d’une caste d’élus faisant fi des attentes populaires telle qu’ils l’ont prouvé en France le 04 février 2008, on ne peut qu’être attentif au vote irlandais du 12 juin prochain, le seul vote européen donnant le libre choix au peuple de se prononcer sur l’avenir de l’Europe qu’il souhaite.

Incroyable tout de même de constater que dans les 27 pays de l’Union, seul la constitution irlandaise oblige à passer devant le suffrage populaire pour une problématique qui engage autant l’avenir des peuples. Nous, européens, qui sommes si souvent amener à donner des leçons de démocratie aux autres, cela devrait nous faire réfléchir.

Amusant autant qu’attristant, mais plus du tout surprenant, de constater l’omerta médiatique française sur le futur référendum irlandais qui pourtant joue l’avenir politique de l’Europe et de ses peuples à moyen terme. La stratégie manifestement choisie pour éviter une nouvelle désillusion serait donc d’en parler le moins possible, d’ignorer l’incertitude du scrutin, stratégie fomentée par les caciques de la commission européenne et parfaitement reproduite dans le pays même du référendum.

Il faut dire que chat échaudé craint l’eau froide, car bien avant le 29 mai 2005 en France puis au Pays-Bas, la stratégie péremptoire du « on va vous expliquer ce qui est bon pour vous » avait déjà du plomb dans l’aile dans le pays qui s’apprête à voter le 12 juin prochain, la ratification du traité de Nice ayant du être passée au forceps en deux fois en Irlande dans l’indifférence générale avant de pouvoir s’appliquer à l’ensemble de l’union.

Alors forcément, on est beaucoup plus prudent chez les chantres du marché libre, d’autant que les derniers sondages n’inspire pas à un optimiste béat.

Pourtant, on retrouve les mêmes justifications chez le peu qui s’exprime pour traduire la méfiance des peuples, celui d’un Nonisme essentiellement conjoncturel et national ou alors souverainiste, voire, dixit les sondages, lié à une incompréhension du traité modifié, ce qui à mon sens est symptomatique du fossé savamment entretenu qui se creuse entre le peuple et l’intelligentsia européenne.

Comme Mélenchon, j’espère que les irlandais prendront la perche qui leur est tendue au nom de tous ceux qui n’ont pas eu le loisir de s’exprimer sur l’avenir qu’on leur prépare.

Le 12 juin peut réellement changer la face de l’avenir européen que l’on nous a concocté en catimini. Un vote Non serait une remise en cause durable de l’Europe des finances, une bonne façon de plomber la future présidence de Sarkozy, lui qui se gargarise tant d’avoir relancé l’Europe ou plutôt sa vision de l’Europe.

Je ne me suis jamais senti aussi proche des irlandais cette semaine….

Publié dans : politique |le 9 juin, 2008 |5 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

5 Commentaires Commenter.

  1. le 11 juin 2008 à 14:34 Veig écrit:

    Et pendant ce temps-là, au journal de 13h00 du 11 juin sur Inter, Fabrice Drouelle vient encore de reprocher aux Irlandais une attitude d’ »enfants ingrâts » au prétexte qu’ils auraient été jusqu’ici les plus grands bénéficiaires des fonds structurels de l’UE, et Hervé Amauric nous a enjoint de plaindre ces pauvres communiquants politiques qui ont de plus en plus de mal à faire campagne pour le OUI, tout en s’abstenant bien entendu de donner la parole aux tenants du NON et encore plus d’écouter leurs arguments.

    Il n’y a pas que la classe politique qui a besoin d’être renouvelée: la classe médiatique en aurait bien besoin aussi…

  2. le 11 juin 2008 à 14:48 enzo d'aviolo écrit:

    @veig
    oh que oui!
    décidémment, c’est fou ce qu’ils aiment la démocratie quand ça ne les arrange pas ces ouiouistes!

  3. le 12 juin 2008 à 21:54 dominique écrit:

    en attendant demain…il y a de quoi se poser des questions sur la volonté du gouvernement irlandais de faire participer les votants? un jour de travail ou les gens ne peuvent pas voter…

  4. le 13 juin 2008 à 8:30 enzo d'aviolo écrit:

    @dominique
    ah bah tout est bon chez les grands démocrates libéraux pour permettre que le vote aille dans le sens souhaité! très ouiouiste ça ,non?

  5. le 13 juin 2008 à 10:05 fmds21 écrit:

    La construction anti démocratique de L’UE est parfaitement expliquée par les prises de positions des médias aux ordres. Vous devez voter oui point barre, les technocrates Bruxellois non élus, non responsables devant le peuple ont décidé pour vous. C’est cela la démocratie néolibérale vous avez droit à la parole si on vous la donne, si on vous la donne vous devez voter comme on vous le dit. Les régimes qui pratiquent ainsi sont des régimes anti démocratique l’UE l’est depuis le début c’est son péché originel, C’est une des raisons pour laquelle il la rejette. Alain

Laisser un commentaire

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008