La bonne vieille recette de la stigmatisation des plus faibles

Décidément la droite réactionnaire applique toujours les mêmes principes pour manipuler l’opinion dans le sens qui est favorable à la défense de ses intérêts, ceux qui consistent à stigmatiser les petits, les fragiles, alors le puissant reste intouchable.

Le chômeur est désormais dans la ligne de mire, pourtant déjà mis au rebus de toute société libérale, suspecté de fainéantise, le voilà harponné une nouvelle fois afin de subir la foudre de contrôles toujours plus sévères et dévalorisants, l’obligeant désormais à ne plus pouvoir refuser plus de 2 offres d’emploi, quand bien même elles seraient éloignées de son domicile, quand bien même elles pourraient engendrer un travailleur pauvre de plus.

Dans un écho parallèle qui prend la forme d’un affront, le chômeur traqué assiste démuni à l’impunité totale pour ces patrons voyous qui licencient à tour de bras, pour ces patrons voyous qui se servent de l’argent des salariés pour soudoyer les acteurs des conflits sociaux au détriment de ceux qui en ont besoin, pour ces hommes politiques désavoués par le peuple mais qui comme de dangereux multirécidivistes continuent de sévir grâce au cumul des mandats et autres cooptations familiales.

Dans le monde libérale, la liberté ne s’entends que pour ceux qui tiennent les rennes des pouvoirs, qui dictent les règles contraignantes pour ceux qui n’ont rien, bien peu regardant envers les possédants.

Cette liberté affichée tel un étendard n’est en réalité qu’un appât pour mieux ferrer l’individualisme de chacun, pour désigner un coupable facile car fragile et rassurant pour celui qui travaille durement, pour toujours plus susciter de méfiance de chacun envers celui accusé de rogner les libertés individuelles, au point d’opposer des populations ayant pourtant un intérêt commun, celui de vivre ensemble en confisquant un pouvoir accaparé par quelques uns au nom de la liberté de tous.

C’est pourtant l’inverse qui se produit, le leurre fonctionne à merveille, le chômeur stigmatisé étant un maillon de ce processus de division profitable à un petit nombre d’individus.

Je récuse cet affront fait au chômeurs qui n’influencera positivement en rien la baisse du niveau de vie de la majorité de la population, comme j’exécrais l’affront fait aux immigrés insidieusement accusés de faire croître le chômage alors qu’il ne servent que trop souvent de marchandises bon marché au patronat plaideur récurrent d’un coût  du travail trop élevé, mais qui trouve de merveilleuses qualités aux sans-papiers travaillant au noir pour les soutenir dans la rue lorsqu’il s’agit de cacher ses propres pratiques illégales.

Tout le discours libéral tient dans cette délicieuse gestion cynique des populations responsables de tous les maux qui permet de cacher des choix politiques clairement censés profiter aux détenteurs de capitaux, toujours désignés comme bienfaiteurs de l’humanité…qui se meurent pourtant…

Publié dans : politique |le 6 mai, 2008 |2 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 7 mai 2008 à 9:05 fmds21 écrit:

    Tu expliques bien cette stigmatisation du plus faible par Sarko et sa clique il en résulte un climat on peut plus malsain. On entend de plus en plus de propos haineux vis-à-vis du président. Après avoir semé la haine elle lui revient en pleine figure comme un boumerang. Pour parodier Léotard, pour qui je n’ai pas une affection particulière, ça va mal finir. Alain

  2. le 7 mai 2008 à 10:34 enzo d'aviolo écrit:

    @Alain
    vis à vis de sarko c’est clair, mais l’idéologie est bien en place dans les cerveaux malheureusement!

Laisser un commentaire

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008