Vague rose et tristes pantins…

Voir hier soir à la télévision la mine réjouie des vieux politicards socialistes comme celle confiante des Umpistes au pouvoir pour lesquels une défaite signifie qu’il faut amplifier les réformes, avait quelque chose de désespérant quand on sait que plus d’un tiers des citoyens s’est moqué de ce scrutin local.

Peu se sont exprimés sur cet état de fait majeur et nouveau pour une élection habituellement populaire, qui montre pourtant à quel point beaucoup ne croient plus que la politique puisse changer quoi que ce soit à leur quotidien.

Parmi ceux qui se sont déplacés, combien l’ont fait pour rejeter plus que pour adhérer ?

Beaucoup il me semble, et ce vote de rejet explique en grande partie que le P(s) ait glané nombre de municipalités non pas parce qu’il apporte un espoir réel mais bien parce qu’il est la bouée de sauvetage aux désillusions prévues du Sarkozysme, celles qui font mal quand on s’aperçoit que l’on a été berné et qu’il a fallu si peu de temps pour s’en rendre compte !

Ceux qui hier chantaient et glorifiaient le fort intérêt des Français pour la politique en s’appuyant sur les présidentielles, élection plus people que profonde surtout en 2007, se sont tus depuis, car c’est bien la descente aux enfers qui se poursuit dans cette démocratie malade, qui a perdu confiance dans toute capacité de changement de la politique bipolarisée qui se ressemble tant, et qui n’augure rien de bon pour l’avenir, au pire un enfermement libéral toujours plus jusqu’au boutiste qui laissera sur le bord de la route la majorité de la masse travailleuse, au mieux une stérilité de gestionnaire qui n’aspire à rien modifier en profondeur et qui amplifie l’impression généralisée que la politique ne sert que ceux qui en font.

De cela, les combats de coq des plateaux télévisés les soirs d’élection n’en ont cure, chacun s’enfermant dans ses certitudes et trouvant l’explication qui lui sied pour expliquer sa défaite ou sa victoire.

Pourtant la maladie ronge, mais les oeillères sont de sortie…

Publié dans : politique |le 17 mars, 2008 |33 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

33 Commentaires Commenter.

  1. le 17 mars 2008 à 13:27 Michel GROS écrit:

    … et puanteur psocialiste.

  2. le 17 mars 2008 à 15:56 Flo Py écrit:

    Entièrement d’accord avec toi. Certes, la « vague rose » est réjouissante au premier abord. Mais au final, ce que ça révèle sur l’état de notre démocratie est carrément effrayant.

    Bises !

  3. le 17 mars 2008 à 17:20 UN ckouka écrit:

    C’est,en tout cas,bien mieux dit que moi, mais c’est un constat irrévocable.
    Beau nez blanc, et blanc beau nez ,circulez y a rien a voir :-(

  4. le 18 mars 2008 à 12:58 Christine RS21 écrit:

    Suis d’accord avec ton analyse Enzo avec cependant quelques modérations sur certains projets socialistes locaux qui me semble-t-il, sont bien des projets d’avenir pour certaines communes.
    Encore une fois, il faut bien différencier les leaders socialistes sur « les plateaux de télé » !! et les militants sur le terrain. Je ne me lasserai jamais de le dire.
    D’ailleurs, il serait grand temps de faire de ce PS un parti de militants ! L’écart se creuse de jour en jour entre la base et les leaders. Et cela devient la vraie problématique de ce parti…..

  5. le 18 mars 2008 à 15:23 Michel GROS écrit:

    Christine,
    Ne regarde pas les « militants » du P(s) à l’aune de tes propres déterminations. Globalement les adhérents de ce parti sont assez indigents tant sur le plan intellectuel que sur celui de l’engagement. D’ailleurs la « bascule » droitière est rendue possible par ces « militants » peu engagés, qui vivent dans un certain confort comparé à l’immense précarité dans laquelle vivent une grande partie de nos concitoyens. Ne pas voir cela aujourd’hui est une faute grave dont les conséquences ne vont pas tarder à se faire sentir malgré les élus locaux dont tu es un exemple « inexemplaire ».
    Je t’embrasse.

  6. le 18 mars 2008 à 15:31 enzo d'aviolo écrit:

    @xtine

    « Encore une fois, il faut bien différencier les leaders socialistes sur “les plateaux de télé” !! et les militants sur le terrain. Je ne me lasserai jamais de le dire. »

    Encore une fois je fais bien la différence mais c’est aussi parce qu’il y a un certain type de militants majoritaires que ces leaders existent et perdurent encore. il faut regarder la réalité en face.
    sinon, content de te re-lire…

  7. le 18 mars 2008 à 15:54 fmds21 écrit:

    J’aurai bien aimé écrire ce billet ainsi que le commentaire de Christine, lorsque l’on sait le travail et le militantisme qu’elle a fourni à Talant on ne peut qu’être d’accord avec elle. Contrairement à ce que nous explique Michel les militants de notre parti ne sont pas aussi indigents qu’il l’écrit. Ils souffrent nous souffrons d’une démocratie qui ne produit des lois que pour renforcer le pouvoir des dominants et donner au libéralisme tous les moyens d’exploiter les hommes et piller la planète. Comme dans les animaux malades de la peste le libéralisme nous atteint tous. Il est évident que seuls les socialistes alliés aux autres militants de gauche pourront changer la donne. Avant le congrès nous devons nous bouger car en faisant du porte à porte on se rend compte du besoin de gauche réclamé par les citoyens, de leur indigence civique et politique. Posons nous la question que fait-on réellement entre deux élections pour les faire évoluer ? Que fait-on dans les sections pour la formation des militants ? Pas étonnant d’avoir les résultats que nous avons pour les votes en internes ou aux élections nationales. La désinformation télévisuelle fonctionne à plein ne tombons pas dans le piège. Alain

  8. le 18 mars 2008 à 20:32 dominique écrit:

    oui nous ousffrons, mais tous ne souffrent pas au PS
    je suis fière d’voir voté nul, j’en suis heureuse..et même si le modem a gané à Mont de Marsan, et si les pseudo de gauche se bougent, on resistera ensemble, sinon , ils quitteront le navire, et nous serons seuls..et peu importe..et si monamour m’aimais , il m’mera encore, n’est ce pas, de n’avoir pas voté une alliance de merde!

  9. le 18 mars 2008 à 21:04 enzo d'aviolo écrit:

    @dominique
    comme toi au second tour, je n’ai voté qu’au municipales (PC) et pas aux cantonales tant le P(s) n’était plus socialiste depuis longtemps….

  10. le 18 mars 2008 à 21:22 dominique écrit:

    merci
    désolée de ces demonstrations ..mais le PS n’est plus..j’y ai cru, j’y suis allée rien que pour ça, en essayant d’oublier certaines choses, et de relativiser tant d’autres..pour que ca marche..mais le probleme n’est pas làà…

  11. le 18 mars 2008 à 21:43 Christine RS21 écrit:

    Merci Alain pour ta réponse : j’aurais bien aimé l’écrire !! :-) )
    Biz

  12. le 18 mars 2008 à 22:04 dominique écrit:

    avez vous recu aussi comme moi un mail pour un parti humainste et republicain?
    encore un parti en dehors des partis, masi fabriqué par les partis, avec les partis???bref!!!

  13. le 19 mars 2008 à 6:45 fmds21 écrit:

    Ou est l’humanisme et le républicanisme lorsque l’on envoie des mails sans se faire connaître, sans demander l’avis des personnes qui sont sur la liste. Alain

  14. le 19 mars 2008 à 7:59 étienne fillol écrit:

    « Le PS n’est plus » : Drôle d’écrire cela le jour même où ce parti redevient le premier de France ! (Je sais, je sais, il n’est plus socialiste et bla bla bla et bla bla bla. Ok. En attendant, les gens votent pour lui. Tous des c*** ? alors vive le Modem)

    « Les adhérents de ce parti sont assez indigents tant sur le plan intellectuel (…) » : Les indigents intellectuels, on doit se battre pour eux et pour améliorer leur vie, pas les fustiger… Parce que les « indigents intellectuels » sont souvent les indigents culturels et donc les indigents tout court, ceux que l’on laisse sur le bas-côté.

    La question du jour est donc : si le PS n’est pas socialiste, est-ce que le mépris d’autrui l’est ?

  15. le 19 mars 2008 à 8:11 enzo d'aviolo écrit:

    Euh non non Etienne, « les gens » ne votent pas pour lui, au mieux ils votent contre les autres, à défaut d’une autre offre unitaire à gauche!
    d’autre part, tu n’auras perdu de vue que c’est grâce aux votes de sa gauche que de nombreux socialistes ont été élus….notamment quand les listes étaient unis.
    ça me semble donc un raccourci que de croire qu’en dehors du P(s) point de salut!
    n’est méprisé que ce qui est méprisable…toutes ces petites alliances politiciennes de pouvoir qui ne changeront rien au quotidien des indigents dont tu parles.

  16. le 19 mars 2008 à 9:45 Michel GROS écrit:

    Etienne,
    Je parle de l’indigence théorico-pratique de « militants » qui pensent y échapper et qui, à ce titre, s’imaginent pouvoir s’occuper de l’indigence sociale d’un nombre toujours plus grand de personnes. Seulement, voilà, ces « militants », à part se battre pour les fauteuils et les portefeuilles de quelques-uns de leurs amis au moment des élections et pour quelque programme écrit par des officines spécialisées, ne sont visibles nulle part où s’engagent des luttes contre l’indigence produite par un système qu’au demeurant ils ne contestent même plus. Mais de plus, ceux qu’ils ont contribué à faire élire trahissent le plus souvent ceux qu’ils pensent représenter.
    Nombreux aussi étaient les allemands qui ont élu …

  17. le 19 mars 2008 à 9:55 étienne fillol écrit:

    Je ne dis pas pas « en dehors du P(s) point de salut » ! Je dis, comme depuis toujours, que le PS est le principal parti de gauche (et de très très très très loin, n’en déplaise à ceux qui voudraient voir autre chose) et que donc le seul moyen de changer la gauche, c’est de changer le PS, pas de le déclarer de droite en riant sous cape.

    @ Michel : Ta vision du militant PS est à la fois partielle et partiale. Pas entièrement fausse mais déformée par ce que tu voudrais y voir et en tout cas généraliser : Si tous les militants n’ont pas forcément une conscience politique énorme, beaucoup l’ont. Et très peu pensent aux fauteuils dont tu parles, c’est faux d’affirmer le contraire. Et enfin, beaucoup sont présents localement dans les luttes dont tu parles.

    Évidemment ce n’est pas la panacée, mais les partis sont à l’image de la population : des cons, des moins cons, des biens, des moins biens.

    Tout amalgamer en bloc ne me semble pas propice à un raisonnement scientifiquement acceptable.

  18. le 19 mars 2008 à 11:33 Michel GROS écrit:

    C’est une chance que la science épargne la conscience par où la raison s’exerce. La science dans les domaines (histoire, politique, économie, …) qui nous occupent produit assez de ravages pour que nous ne lui accordions pas une surdétermination comme celle par où le capitalisme se présente comme naturel.
    A l’instar du psychanalyste, le militant de « gauche » a une responsabilité décuplée qui pourrait se comprendre ainsi :
    - » Tu penses pouvoir t’occuper de moi, sauver ma conscience, sauver le monde. Cette charge que tu te donnes, cette charge que je suis pour toi, m’oblige vis à vis de toi à une vigilance plus grande encore que celle vis à vis de ceux qui portent les raisons de mon aliénation. Comprend au moins cela que tu parles parfois en mon nom (surtout pour le militant de « Gauche »), et qu’un nom ne peut supporter aucune égratignure. »
    En résumé : il est impossible de parler impunément au nom de l’autre sans être au clair avec son propre nom (son nom propre). Certains le font, plus au P(s) que chez les psychanalystes. Je ne donnerai pas les noms.
    ;-) )

  19. le 19 mars 2008 à 11:59 enzo d'aviolo écrit:

    @Etienne
    « je dis, comme depuis toujours, que le PS est le principal parti de gauche (et de très très très très loin »

    ça serait vrai ce que tu dis si le P(s) était encore de gauche! c’est le plus grand parti du centre, là d’accord.

  20. le 19 mars 2008 à 15:48 étienne fillol écrit:

    @ Michel : rien compris ;-)
    @ Enzo : tout compris ;-)

  21. le 19 mars 2008 à 16:18 enzo d'aviolo écrit:

    Michel, faut lui parler simple à Etienne, il devient un peu indigent avec ce parti :) :) :)

  22. le 19 mars 2008 à 19:11 Michel GROS écrit:

    Attend Enzo, si la politique devient une prise de tête où va t-on ?
    C’est le nombre qui fait la cohérence.
    Vive la lutte des masses !

  23. le 19 mars 2008 à 20:48 Christine RS21 écrit:

    Etienne : j’ai tout compris moi !!! On est dans une indigence théorico-pratique de l’historicité du socialisme et nous nous battons pour des fauteuils et des portefeuilles. Nous avons aussi bien sûr une vigilance décuplée pour ceux qui portent les raisons de notre propre et intime aliénation. C’est simple pourtant Etienne !!
    En fait on est des pauv’cons de gauche qui se sont crevés la peau depuis deux mois pour essayer de porter des valeurs d’équité, de laïcité, de fraternité, pour essayer de proposer des conditions décentes de logement, de mettre en place un service de l’emploi efficace, de favoriser la solidarité entre les habitants etc……
    Mais visiblement tout ça échappe totalement à certains de nos petits camarades…. Ils ont visiblement, eux, le monopole de tous ceux qui souffrent de l’exploitation capitaliste et de ses diverses formes d’oppression.
    Bon, heureusement Etienne, on a perdu nos élections locales et la droite a toujours ses fesses sur les beaux fauteuils et détient toujours les portefeuilles ! C’était bien l’objectif ou je me trompe !!

  24. le 19 mars 2008 à 22:08 dominique écrit:

    @ETIENNE F: « le PS n’est plus »: la défaite de Mont de Marsan , avec l’historique relayé par sud ouest ces jours ci explique quelques étapes dans l’autodestruction de ce bstion..et c’est là qu’il passe à côté de lui même…les batailles d’égo qui ont fait couler le bateau, et le clientelisme locale qui est devenu insupportable….l’autoritarisme d’un élu sur ses agents..etc etc…si seulement il n’y avait qu’ici que le pouvoir politique monte à la tête au point de balayer ce qui aurait dû rassembler..mais le ps à gauche , je n’y crois plus non..

  25. le 19 mars 2008 à 22:18 enzo d'aviolo écrit:

    @xtine
    la défaite te rend amere, ce que je peux comprendre. ça n’empeche pas de pouvoir tirer des conclusions sur le Parti dans lequel tu milites, au point même d’envisager le quitter s’il ne correspond plus à tes convictions! si si c’est possible!
    mais bon attendons novembre et le congrès, on est plus à ça près, puis le P(s) a gagné les élections donc les plus démunis sont rassurés! ouf!

    juste en passant, Michel plus que moi, a aussi perdu car ceux qu’il a soutenu ont aussi perdu! comme quoi….
    la seule chose qu’il n’a pas perdu c’est son âme en soutenant des représentants dignes (tu sais pas des Rebs quoi). c’est vrai que ça ne donne pas à mager aux plus pauvres mais juste un peu d’espoir…lalala!

  26. le 19 mars 2008 à 22:44 Michel GROS écrit:

    Ne t’égare pas Christine. Tu l’es déjà assez dans un parti qui ne te mérite pas.

  27. le 19 mars 2008 à 23:34 Christine RS21 écrit:

    Merci Michel -:))

  28. le 20 mars 2008 à 8:13 fmds21 écrit:

    Réservez votre énergie pour agir dans le concret. La gauche du PS est bien vivante ceux qui l’on combattue ou fait alliance avec le Modem vont vite déchanter. Alain

  29. le 20 mars 2008 à 8:44 enzo d'aviolo écrit:

    @fmds
    j’admire ton optimisme Alain!
    on en reparle après le congrès ok!

  30. le 20 mars 2008 à 16:47 étienne fillol écrit:

    @ Enzo # 19 : tssst tssst tssst tout de suite la caricature…

    @ Enzo #21 : mais heuuuuu

    @ Michel #22 : Peux-tu reconnaitre que tu me fais là un procès d’intention que tu sais être parfaitement faux ?

    @ Christine #23 : :-) ))))))))))))

    @ Dominique #24 : Je te comprends, à l’échelon local tout est trouvable. Mais dans l’ensemble, si aucun de vous ne fait la différence entre un maire de gauche et un maire de droite, je crois que le débat entre nous tous va être un peu difficile !

    @ FMDS21 : parole d’or, Alain ! Mais, vois-tu, je crois que ceux qui, ici, ne sont pas au PS, attendent curieusement bien plus que nous le prochain congrès ! Étonnant, non ?

  31. le 20 mars 2008 à 16:50 Michel GROS écrit:

    @Etienne,
    Oui, j’avoue
    ;-) )

  32. le 20 mars 2008 à 17:24 enzo d'aviolo écrit:

    @etienne
    c’est marrant à chaque fois que je te dis que le P(s) n’est plus de gauche, ce que l’on constate tous les jours (il suffit d’entendre l’ex candidate à la présidentielle, future SG du P(s) et bien d’autres aussi pour s’en convaincre), tu me parles de caricature!

    Franchement tu peux me dire que des gens de gauche sont encore au P(s), OK! mais ça n’en pas pour autant aujourd’hui un parti de gauche, un parti de centre gauche si tu veux. c’est bon là?

    Etienne, c’est pas le congrès qu’on attends…c’est votre démission du P(s)…donc le congrès! ;)

  33. le 20 mars 2008 à 19:46 dominique écrit:

    mais etienne, nous avions un soi disant maire de gauche, à l’ancienne, et une autodestruction de la gauche locale par ses incoherences. Si tout ce qu’on trouve a me dire ici ( à Mt de ) c’est de me taire et lutter avecla famille..c’est pitoyable. ce soir, ce que j’entend du leader de l’opposition: le premeir secretaire federal du PS , qu’es un bon planqué de l’appareil à mon avis, gauchisant juste ce qu’il faut pour que ca passe dans le discours, mais qui trempe pas s chemise..sauf en discours…c’est dramatique. On nous annonce que ce sera lui la prochaine fois ( sachant tout le bordel autour des tetes de listes chez nous???pourquoi pas Cazaugade la prochine fois? pourquoi pas Vidalies? parce que Vidlies, je signe! il aime pas trop les nanas qui l’ouvrent mais c’est un bon , on peut pas lui enlever ça!!

Laisser un commentaire

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008