Et si le P(s) analysait sérieusement les résultats de ces élections locales ?

Sélective, focalisée, mais tout sauf objective, voilà ce qu’est devenue l’information relatée par la presse politique de notre pays.

Comme le rappelle très bien Jean-Luc Mélenchon dans son dernier billet, alors qu’il ne fait que 4,5% au niveau national lors des dernières municipales, le Modem concentre ainsi non seulement tous les commentaires de la presse spécialisées mais aussi toutes les convoitises de ceux chez qui la recherche du pouvoir supplante toute conviction !

Et pourtant, deux faits marquants de ces élections locales se sont déroulés sous nos yeux sans être plus commentés que cela, alors pourtant que certains enseignements importants peuvent en être retirés par la Gauche dans ce pays.

Le premier c’est le sursaut, voire la progression du parti que toute la presse en cœur donnait pour mort lors des dernières présidentielles, je veux bien sûr parler du Parti Communiste.

Dans toutes les villes, à une exception près, où le P(s) a voulu pourfendre son allié historique de gauche en présentant contre lui un candidat, il a non seulement été battu mais aussi souvent ridiculisé. Même au niveau des cantonales, élection à caractère plus nationale, le PC a très bien résisté. Quel enseignement en tirer ?

Je ne ferai pas la retape en faveur de la crédibilité des élus communistes, de leur aptitudes de terrains etc.., je ne suis pas encarté dans ce parti.

Non, cela me permet simplement de tirer toujours la même conclusion, celle que seuls les dirigeants du P(s) n’envisagent plus, à savoir que la gauche n’est jamais aussi forte que lorsqu’elle est unie, et unie à gauche car le réservoir de voix y est conséquent, en tout cas bien plus qu’au centre (Modem) dont les convictions politiques surfent au gré du vent jusqu’à ce qu’elles s’accrochent à une girouette ambitieuse de passage !

Les électeurs de gauche détestent de plus en plus cette inconséquence politique, obscène en cette période de rafle du pouvoir par la droite, qui consiste à déclarer une guerre politique à gauche pour des enjeux d’hégémonie de pouvoir local sans une once d’intérêt pour préserver des idéaux de gauche. C’est ainsi que ces représentants du P(s) opposés à ceux du PC, fortement ancrés localement, ont été punis pour avoir omis cette condition essentielle en préférant soit de jouer la carte individualiste (un comble lorsque l’on se dit socialiste) soit d’envisager un baiser libéral avec le Modem.

Le second enseignement, c’est qu’en plus des communistes, il existe un réservoir de voix à gauche en train de s’implanter localement et représenté par la LCR, mais pas uniquement.

Alter, LO, anti-libéraux, écologistes radicaux et LCR ont bien souvent fait un score comparable voir supérieur au Modem dans les endroits où ils ont proposé une liste et risquent de plus que doubler leurs conseillers municipaux par rapport à 2001.

Cela démontre et conforte l’idée que le P(s) n’a plus la capacité à rassembler tous les électeurs de gauche qui préfèrent de plus en plus un original à une vague copie souvenir d’un temps où le mot socialisme avait encore clairement un sens opposé aux alliances actuelles envisagées par ce parti.

Les électeurs ayant choisi le PC, où des représentants à sa gauche, ne sont pas tous des communistes ou des trotskistes, mais ils aspirent tous à préserver une alternative au capitalisme financier qui gangrène depuis trop longtemps le parti qui dans le passé les défendait.

Certains électeurs ayant porté leurs voix à la gauche du P(s) sont même habituellement modérés, mais face à une écoute des caciques absente, face au passage en force du 04 février dernier à Versailles contre la volonté majoritaire du peuple de gauche, c’est un vote de réaction qui a eu lieu.

Malgré une droite mal en point, ce premier tour n’a pas généré de vague rose, alors qu’une fois de plus, le P(s) avait tout pour rafler la mise dès le 1er tour.

Appuyer cette tendance au second tour, quand on est électeur de gauche, ne serait-ce pas une bonne idée, une idée pour forcer le P(s) à réfléchir à son avenir autrement qu’à travers la voix libérale qu’il semble s’être tracé ?

Publié dans : politique |le 12 mars, 2008 |7 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

7 Commentaires Commenter.

  1. le 13 mars 2008 à 0:52 Michel GROS écrit:

    Un petit arrangement entre amis a eu lieu à Menton. Je te donne le canton, tu me donnes la mairie. La Mairie pour le P(s) et le Canton pour une liste divers droite « dissidente » de la liste soutenue par l’UMP qu’il faut à tout prix déboulonner.
    Je ne regrette pas ma démission du P(s) à la suite des tristes dernières échéances électorales.
    Aujourd’hui, c’est à vomir.

  2. le 13 mars 2008 à 7:02 dominique écrit:

    une amie du gers m’explique la même chose concernant le report des voies actuellement de la droite pour un PS ..les deals..on se fout des electeurs..ca se negocie bien autrement..

  3. le 13 mars 2008 à 11:38 enzo d'aviolo écrit:

    @Michel
    je vois de qui tu parles à Menton et c’est affligeant! pourtant le Maire en Place, ce truand, est vraiment à virer, mais ça n’excuse rien! parole d’ancien Mentonnais ;)

    @tous
    Tout ceci est effectivement à gerber et moi aussi, je suis heureux de pouvoir me regarder dans une glace et ne pas avoir à justifier l’injustifiable!

    Les seuls qui refusent les alliances contre nature ce sont les listes d’extrêmes gauche, car au PC aussi, à Aubagne, on pactise avec le diable!

    Mais beaucoup d’électeur ne sont pas dupes….

  4. le 13 mars 2008 à 23:19 dominique écrit:

    je ne sais plus si c’est à cause de la qaurantaine ou bien parce que je suis allée plus loin a l’intérieur, mais j’ai le sentiment que ces élections sont particulièrement pourries..

  5. le 14 mars 2008 à 7:29 fmds21 écrit:

    Tu nous apporte une très bonne analyse Enzo les élections ne sont pas pourries ce sont les femmes et les hommes politiques qui la pratique qui n’ont plus aucune moralité aucune valeur si ce n’est celles de nous enfoncer un peu plus dans le néolibéralisme et en conduire alternativement le char effroyablement broyeur pour les salariés et les faibles. Hommes de gauche réveillez vous retrouvez votre dignité. Alain

  6. le 14 mars 2008 à 8:58 enzo d'aviolo écrit:

    @dominique
    En fait, le cynisme politique des alliances minables est porté à son paroxysme dans ces élections, c’est cela qui te donne ce sentiment justifié!

    @Alain
    Merci.

  7. le 15 mars 2008 à 13:44 brigetoun écrit:

    ici sans grand moyen, un mélange de communistes, socialistes exclus ou menacés de l’être, de syndicalistes et d’associatifs (Brgetoun en petite main) a fait 14,22% des voix et quoiqu’en disent ceux qui s’offusque de la fusion y voyant gout des places cela va permettre d’éviter des dérives, de reprendre les points qui nous intéressaient, et d’agir au niveau de l’intercommunalité.
    Crevant mais chouette

Laisser un commentaire

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008