C’est la forme qui le rend impopulaire !

C’est par cette affirmation que de nombreux observateurs et journalistes nous expliquent en quoi Sarkozy serait si impopulaire et ne cadrerait donc pas avec la fonction que lui ont confié les Français.

Trop facile…

Il ne faudrait surtout pas que les frasques comportementales et verbales de l’actuel Chef de l’Etat, déjà de multiples fois constatées, observées, stigmatisées, et que les insultes proférées lors de son passage au salon de l’agriculture ont remis sur le devant de la scène grâce une fois de plus à la libre circulation de l’information via le web, il ne faudrait surtout pas disais-je, que ces attitudes soient l’arbre qui cache la forêt.

Entendre les pseudos politologues conclure que la chute dans les sondages du rigolo qui nous gouverne tiendrait à son abus du pouvoir à titre personnel de la fonction présidentielle, me semble totalement erroné.

Les entendre confirmer cette analyse en s’appuyant sur la popularité intacte du premier ministre est encore plus délirant dans la mesure où chacun a déjà pu constater dans ce pays que moins l’on parle de vous, plus vous êtes populaires.

Sarkozy joue donc simplement le rôle qu’ont joué tous les 1er ministres de la cinquième république, celui de la soupape du président de la république, sauf que cette fois-ci, l’hyper président est la soupape de sécurité de son propre 1er ministre. Un comble !

Deux raisons plus profondes sont à mon sens imputables à l’impopularité actuelle du président, qu’il  s’agit de ne surtout pas de minimiser :

- Tout d’abord, la prise de conscience citoyenne que contrairement à tous les effets d’annonces maintes fois rabâchés avant et après l’élection du président, ce dernier ne tient pas ses promesses de campagne et surtout la principale, celle qu’il n’a cessé de mettre en exergue, la défense du pouvoir d’achat.

Des fonctionnaires qui grattent 0,8% en 2008 après avoir fait choux blanc en 2007 et alors que l’on annonce une inflation de 2,6% en 2007, des prix de base à la consommation qui s’envolent depuis plusieurs mois sans que le gouvernement n’agisse un tant soit peu, des prix du pétrole qui croissent sans que le gouvernement n’envisage un instant de rétablir la Tipp flottante, bref des signes forts et concrets qui confirment que les belles promesses n’engagent que ceux qui y croient.

- Ensuite, des mesures extrêmistes que même le front national n’aurait pas renié et qui affichent la véritable nature de cette droite radicale.

Je veux parler bien sûr de cette volonté de rendre la justice des hommes non pas sur des faits mais sur des suppositions de risque comme le promulgue la loi sur l’enfermement à vie des criminels dangereux que Sarkozy essaie de passer en force en faisant fi de l’Etat de droit qui veut que le conseil Constitutionnel rende la décision ultime en matière de loi.

Je veux parler également de cette politique qui vise à chiffrer la déportation humaine par des objectifs de quotas de reconduite à la frontière où l’on est même prêt à amender le droit du sol républicain pour les cas de figure où l’immigration semble trop conséquente aux yeux de tous ceux qui considèrent l’étranger non pas comme une source de richesse mais comme un mal à traiter d’urgence.

Je veux enfin parler de cette vision simpliste qui consiste à systématiquement se servir du larmoyant, de l’émotion, pour promulguer une politique toujours plus répressive, toujours moins humaine, faisant encourir à notre Etat de droit le risque d’une société de la méfiance, de l’opposition entre les êtres humains, plutôt que de viser la réconciliation, la compréhension, la solidarité et l’égalité de droit pour chaque citoyen, même lorsqu’il est capable des pires inhumanités.

Tout ceci justifie bien plus à mon sens une impopularité grandissante de la politique de la droite dans son ensemble, bien plus en tout cas que le comportement puéril et bling bling d’un homme qui a largement dépassé le seuil de compétence que la fonction présidentielle exige pourtant.

Le déficit est donc plus profond que formel. L’électorat le confirmera prochainement je l’espère.

Publié dans : politique |le 25 février, 2008 |9 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

9 Commentaires Commenter.

  1. le 25 février 2008 à 17:56 UN chouka écrit:

    Je me demandes si cette impopularité, ne tiendrait pas simplement a l’arnaque sur le traité qu’il nous a fourgué en dépit de l’opposition masive de la population ?
    Pour ma part, il a pèrdu toute crédibilité,ce n’est plus du tout mon problème, circulez ,il n’ y a plus rien a voir :-D
    Son « forfait » réusi(le traité) ,pourquoi se casserait la tete a rèspècter les grimaces entendues ,avec les tours de magie potocolaires ,pour faire réver les « petits enfants crédules « ?
    A la limite quelle rèsponsabilité, a t’il maintenant qu’il a réusi a faire passer le paier qui effacera les institutions nationales au profit de les finances intèrnationales ? :-D
    Bon, pour moi, ce n’est qu’un schémat vu par un ignard du bas.

  2. le 25 février 2008 à 19:49 enzo d'aviolo écrit:

    @un chouka
    oui effectivement chouka c’est un élément qui y contribue et qui entrerait sur le fond dans la seconde catégorie décrite dans le post, celui de privation de la démocratie républicaine.

  3. le 25 février 2008 à 22:01 Nico2312 écrit:

    @ enzo
    ça m’ennuie de le dire et de l’écrire… mais je n’ai rien à redire à ton post :-)
    j’y adhère totalement

  4. le 25 février 2008 à 22:07 enzo d'aviolo écrit:

    :)
    barff sur sarko en général on est d’accord! c’est le seul qui peut unir la gauche… :)

  5. le 25 février 2008 à 22:34 Nico2312 écrit:

    @ enzo
    pas faux…
    et puis faut dire que depuis son élection il fait fort

  6. le 25 février 2008 à 23:35 dominique écrit:

    on ne peut pas se battre à chercher si la forme ou le fond l’emporte…c’est un fiasco en 3 dimensions!!!

  7. le 26 février 2008 à 8:20 enzo d'aviolo écrit:

    @dominique
    pas d’accord car à trop se concentrer sur la forme comme le fait l’opposition, elle ouvre une brèche à la majorité qui stigmatise son inconséquence programatique et son attachement à la forme car le fond serait vide!
    voilà pourquoi il faut vite zapper sur la forme pour que l’UMP ne fasse pas diversion sur le fond.

  8. le 26 février 2008 à 9:15 brigetoun ou Brigitte Celerier écrit:

    mais les deux vont ensemble, et il serait temps que les gens en prennent conscience
    la même brutalité, et les sentiments instrumentalisés
    et maintenant le retour sur la rétroactivité au lieu d’expliquer que les évidences peuvent être fausse, et que des enfants ou faibles ne seront jamais aussi exposés que dans une société qui régresse et abandonne les bases du droit et de la civilisation, même si les pulsions indiquent le contraire.
    Gare à notre chute à l’avant 16ème siècle, et s’ils veulent réformer la constitution pour permettre la rétroactivité des lois, à quand la révision pour revenir sur l’abolition de la peine de mort.
    Pour leur capacité à soutenir l’économie nous n’avions jamais eu d’illusions, non ?

  9. le 26 février 2008 à 10:46 enzo d'aviolo écrit:

    c’est bien tout cela qui est dangereux Brigitte en effet.

Laisser un commentaire

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008