Archive pour le 5 janvier, 2008

Garder les yeux ouverts

mardi 1er janvier 2008
par
le Formindep

Garder les yeux ouverts. Tel est le vœu que le Formindep formule pour cette année, pour les patients-citoyens, professionnels et responsables de santé, en France et dans le monde.

Lorsque des soignants parés de leurs titres, au lieu de soigner, sont enrôlés par les firmes pharmaceutiques pour être les agents de la promotion de médicaments aux bénéfices incertains, c’est en ayant les yeux ouverts que nous disons qu’il y a un problème [1] [2].

Lorsque les yeux ouverts, nous voyons des journalistes, a fortiori de media de service public, mettre sans discernement ni esprit critique leur métier au service des firmes et de la promotion de leurs produits, alors il y a un problème [3] [4].

Lorsque les firmes pharmaceutiques profitent de l’absence de politique de santé publique pour lancer des campagnes publicitaires sous le couvert d’actions de santé publique, nous pouvons dire les yeux ouverts qu’il y a un problème [5].

Lorsque nous voyons des réseaux de professionnels de santé créés pour les patients, comme l’ANCRED pour le diabète par exemple, se mettre au service d’une firme pharmaceutique, pour promouvoir ses médicaments sous couvert de formation médicale, alors il y a un problème.

Lorsqu’une loi, censée aider les citoyens et les patients à comprendre ce qu’il leur est dit sur les médicaments avec lesquels on veut les soigner, n’est ni appliquée par les médecins, ni défendue par les journalistes, alors il y a un problème.

Lorsque nous voyons l’organisme d’assurance maladie solidaire se révéler incapable, sous la pression des politiques eux-mêmes soumis aux lobbies marchands, de prendre des mesures efficaces d’économie dans l’intérêt général, et travailler ainsi à sa propre disparition, alors il y a un problème [6] [7] [8].

Lorsqu’à travers les “franchises” sur le remboursement des soins, le pouvoir politique décide de faire payer ceux qui n’y peuvent rien, c’est-à-dire les malades, pour permettre aux intérêts industriels et corporatistes de continuer à se “payer sur la bête”, alors les yeux ouverts nous savons qu’il y a là un vrai problème [9] [10].

Lorsqu’enfin les pouvoirs publics français et européens s’apprêtent, contre toute réalité scientifique et économique, à autoriser les firmes pharmaceutiques à promouvoir directement leurs produits auprès des malades et des citoyens, alors nous voyons qu’il y a un problème [11] [12].

Bien sûr, direz-vous, dans ce monde globalisé c’est la même chose dans les autres secteurs de la société. Aucun n’échappe maintenant au mélange des genres, à la pseudo-transparence, à la culpabilisation des faibles, à la dérégulation des rapports sociaux, à la collusion des intérêts privés et publics, à l’absence de scrupule et au cynisme, au refus de la réflexion éthique dans l’intérêt général, etc.

Alors pourquoi le secteur de la santé serait-il épargné plus que les autres ?

Pourquoi ? Parce que, dans un univers où tout devient à vendre, la santé doit rester, avec l’éducation, un des domaines de l’activité humaine où la finalité n’est pas le développement matériel et financier, mais celui de la dignité et du respect de tout homme. Se battre pour préserver ces îlots de gratuité contribue à défendre l’idée d’une humanité présente sur terre d’abord pour être et pour grandir, avant d’avoir et de produire.

Les soignants et responsables de santé qui décident, consciemment ou non, de rejeter cette mission altruiste en se soumettant à des intérêts corporatistes et marchands, ne mettent pas seulement en jeu la qualité des soins et la santé des citoyens que nous sommes tous. Ils fragilisent les bases mêmes de ce qui fonde l’humanité.

[1] Voir l’éditorial du Formindep consacré à l’émission “le téléphone sonne” du 21 novembre 2007 de France Inter vantant le Champix°.

[2] Voir la prestation du Professeur Bertrand DAUTZENBERG dans le journal télévisé de France 2 du 18 décembre 2007, dont les liens avec la firme Pfizer vendant le Champix° ont été révélés par l’hebdomadaire Marianne (Jaillette JC – La santé malade du lobby pharmaceutique – Marianne – n° 542 – 8 septembre 2007 – page 61).

[3] Voir les notes 1 et 2 précédentes.

[4] Voir l’extrait du journal télévisé de 13 h de France 2 du 27 décembre 2007, publicité directe et non déguisée pour le Champix° donnant une information fausse, le Champix° n’ayant pas été comparé aux substituts nicotiniques : « Varénicline, plus chère et pas mieux que la nicotine » – Rev Prescrire 2007 ; 27 (283) : page 345.

[5] Voir l’éditorial du Formindep consacré à l’émission “le téléphone sonne” du 21 novembre 2007 de France Inter vantant le Champix°, particulièrement le premier extrait proposé.

[6] Voir le site du PUPPEM et l’expérience des délégués à l’assurance maladie de l’Aude.

[7] Voir le blog de Claude Frémont, ancien directeur de la CPAM de Nantes.

[8] Lire sur le site de la revue Pratiques, l’article sur le projet de loi sur le financement de la sécurité sociale 2008.

[9] Voir le collectif national contre les franchises.

[10] Lire l’enquête du magazine Que Choisir : « Sécurité sociale : comment les labos et les médecins creusent le trou… » parue le 25 septembre 2007.

[11] Voir la revue Prescrire : Mainmise des firmes pharmaceutiques sur l’information-santé en Europe.

[12] Voir la revue Prescrire : Programmes d’ »aide à l’observance » : non aux confusions.

Publié dans:politique |on 5 janvier, 2008 |Pas de commentaires »

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008