Leçon de socialisme…..à Hollande

Publié dans Rouge

Le 26 novembre, François Hollande déclarait au journal « Sud-Ouest » : « Le syndicalisme que l’on doit combattre, c’est celui de SUD. »

Nous publions ici des extraits de la lettre ouverte que Vladimir Nieddu, syndicaliste de SUD-Santé sociaux à Lille, a adressée à François Hollande, 1er secrétaire du P(s).

Vladimir a quitté la CFDT en 2003, suite à la trahison de la confédération sur les retraites.

« Moi, j’ai lu “Le syndicalisme que l’on doit combattre, c’est celui de SUD.” J’en ai vomi. SUD, c’est mon syndicat, et j’en suis fier. Il s’est construit parce qu’en 1988, Évin, ton camarade, avait préféré négocier avec la direction de la CFDT, plutôt qu’avec les représentants des 125 000 manifestants, la Coordination infirmière, créée en juin 1988 par des militants CFDT de base, j’en étais… À Paris, pour Serge, Pascal, Irène, Marie-Thérèse et des milliers d’autres ce fut l’exclusion, comme pour de très nombreux autres. Ils ont créé le CRC, qui s’est ensuite appelé SUD.

« Moi, j’ai lu : “Le syndicalisme que l’on doit combattre, c’est celui de SUD.” J’étais tout affairé à soutenir ma fille, mes neveux en lutte, les étudiants et lycéens, comme je l’avais fait contre le CPE. Trois ans durant, j’ai été invité à l’université d’été du Parti socialiste du Nord. Je suis venu, je ne suis pas sectaire. J’y suis intervenu à la tribune, j’ai débattu, il y avait des travailleurs, des chômeurs, des retraités socialistes. Et puis, il y avait Marc, un premier secrétaire qui t’a bien cartonné à la veille du référendum. Je le sais, j’étais là. Je les respecte, c’est la gauche. Je ne suis pas d’accord avec eux, mais c’est la gauche, une composante historique du mouvement ouvrier français. Ce sont des militants qui, comme moi, croient en leurs idées. Tu ne peux pas comprendre, tu as fait l’ENA.

« Tu soupçonnes le pouvoir “d’encourager les gauchistes” et tu attaques Besancenot. Je ne suis plus à la Ligue, mais touche pas au gamin… Maintenant, tu nous sors ton histoire dégoûtante des trotskystes alliés du pouvoir. Chiche, je te la fais : et en 1914, ils étaient où les socialistes, quand on a fusillé en 1916 nos propres soldats dans les tranchées ? Et Gustav Noske, il était trotskyste ? Et Rosa Luxemburg, elle est tombée dans l’escalier ? Et Karl Liebknecht, il s’est jeté par la fenêtre [en Allemagne, le 15 janvier 1919, le socialiste Noske réprime la révolution ; Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht sont assassinés au cours de la “semaine sanglante”, NDLR] ? La guerre d’Algérie, c’est les socialistes qui ont signé l’indépendance ? Arrête tout de suite, j’ai pas fait l’ENA.

Le silence dans la vallée

« C’est pas très joli de mentir, de dire que le “pouvoir encourage les gauchistes”. Et sous ta mandature, les socialistes ont-ils supprimé le forfait hospitalier ? Ben non, c’est les socialistes qui l’ont inventé ! Ont-ils abrogé le décret Balladur de 1993 sur les retraites du privé ? Ben non, les socialistes, ils l’ont signé à Barcelone.

« Il y a eu de grands militants socialistes, il y a eu Jaurès. Il y a eu Henri, qui m’invita à la tribune de son meeting de Villeneuve d’Ascq, des socialistes pour le “non” à la Constitution libérale de l’Europe. Et tant d’autres… Je les respecte. Ils ont des convictions. Ils n’ont pas démérité contre la Constitution libérale. Ils ont fait leur part de travail.

Dynamique collective

« Mais, toi, tu dis “Le syndicalisme que l’on doit combattre, c’est celui de SUD”, à ceux qui, avec des dizaines de milliers d’autres, ont manifesté le 18 octobre, le 20 novembre pour le pouvoir d’achat, les retraites, les services publics. Tu le dis parce que tu as compris que, s’il y a eu une grève reconductible à la SNCF, c’est parce que SUD est représentatif. Tu te dis socialiste, mais tu es une injure au socialisme.

« Il est vrai que la privatisation du gaz et de l’électricité ne te gêne pas. Pour La Poste, c’était un socialiste qui avait inventé la méthode et sanctionnés mes vieux amis militants SUD à Lezennes. Pour le rail, c’est sous Jospin qu’on crée RFF. Tu vois, j’ai fait ma première pyrogravure, c’était une forge de la vallée, tu sais, celle de Marcel Trillat. Je ne te la montrerai pas, on n’est pas du même monde. Pour Le Silence dans la vallée [NDLR : dernier film de Marcel Trillat], j’ai pleuré. Tu peux pas comprendre. Un beau film pour les ouvriers. J’ai pleuré, ce n’est pas parce que mon oncle y a travaillé jusqu’à la préretraite comme fondeur, la nuit. Ce n’est pas parce qu’il a manqué d’y rester, hospitalisé au service des grands brûlés. Ce n’est pas parce que mon père s’en est fait virer. Moi, quand j’ai entendu Le Silence dans la vallée, c’était en 1968, pour la fermeture de Thomé, j’y étais pas. J’avais 14 ans en 1968. J’ai pas fait grand-chose, j’ai aidé mon père. Il animait la grève. Occupations d’usine. Pas des blocages, des occupations ! […]

« Il y a des syndicalistes, dans tous les syndicats, qui sont sincères, quelle que soit l’organisation, qui donnent leur temps au service des salariés, des chômeurs, tiennent tard des permanences. Ces gens-là ne confondent pas. Ils savent que quand on commence à s’attaquer à un syndicat, la santé des autres est en danger. […] Il y a les cheminots qui t’ont entendu dire au Parlement que tu étais en désaccord sur la méthode, pas sur le fond. Comme Chérèque, qui appelle à la reprise alors qu’il combat toutes les grèves. C’est ce syndicalisme-là que tu préfères, celui qui fait la bise au Medef.

« Si je suis en colère, c’est parce que je veux que Sarkozy soit défait, je ne veux pas une victoire que dans les élections, mais je veux gagner contre la régression sociale, pour sauver les contrats de travail et les statuts des salariés du public, la retraite de mes enfants et la Sécu, l’hôpital public qui a bien aidé mon père, je veux un autre partage des richesses, favorable au monde du travail.

« En attendant, trêve de plaisanteries, je continuerai le combat syndical, mais en tant que citoyen, j’appelle dans tout le Nord-Pas-de-Calais à la constitution du maximum de listes anticapitalistes, antiracistes, écologistes et pour l’égalité des droits. J’appelle à se rassembler dans la diversité, au-delà des clivages partisans, à ouvrir une dynamique dans le cadre de listes pluralistes, paritaires, colorées, jeunes, indépendantes du Parti socialiste dans toutes les villes, à l’exclusion des villes où les candidats du PS auront clairement exprimé leur double volonté de soutenir toutes les revendications des travailleurs, des chômeurs, des étudiants, des Roms, des sans-papiers. À Lille, et dans les communes associées de Lomme et Hellemmes, j’appelle à la construction d’une dynamique collective pour construire la liste : “À Lille, Lomme et Hellemmes, la Gauche 100 % à gauche pour un autre partage des richesses”, ou un autre nom qu’on décidera ensemble.

« Adieu, Hollande, on t’oubliera vite. Je le répète : tu n’es pas Jaurès. »

Vladimir Nieddu citoyen sans parti, en colère, syndicaliste en action, abonné à Rouge, à Liberté et au Gaz de France

Merci Elodie

Publié dans : politique |le 4 janvier, 2008 |20 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

20 Commentaires Commenter.

  1. le 4 janvier 2008 à 10:27 Birgit écrit:

    Toute cette colère est la mienne et celle de millier de gens. Il faut que cela cesse, il faut qu’elle explose.

  2. le 4 janvier 2008 à 11:02 enzo d'aviolo écrit:

    @birgit
    je ne vois que cela également. mais pas simple à mettre en œuvre.

  3. le 4 janvier 2008 à 11:10 Manu écrit:

    Petite précision SUD fut créer par les socialos qui ne voulaient pas de l’hégémonie de la CGT dans les négos.
    Quand aux coordination elles ont plombées toutes revendications et ne représentent qu’elles mêmes et le plus tordant rejettent tout rapprochement avec les syndicats. Dans mon département elles ont des vies éphémères et rejoignent naturellement la CFDT lors des élections professionnelles, n’ayant pas les structures adéquates pour se présenter…
    Dans la santé et l’action sociale là où elles étaient présentes elles ont lancé le discrédit sur le combat syndical et ont finalement disparues, ce n’est pas ce qu’attendaient les salariés floués.
    Et je n’ai pas à rougir de mon syndicat, bien que quelque fois je suis en désaccord avec la confédé. mais le grand problème de notre pays c’est l’éclatement syndical…

  4. le 4 janvier 2008 à 11:30 enzo d'aviolo écrit:

    @manu
    merci de ces précisions intéressantes.
    Quand on regarde les comportements récents de la Cgt ou de la Cfdt, je me demande de qui il faut être fier lorsque l’on est à la base!

    Finalement, je pense qu’il y a beaucoup plus de socialistes en proportion à Sud qu’au P(s). ;)

  5. le 4 janvier 2008 à 11:44 Birgit écrit:

    Royal est revenue, et avec elle le désespoir. Les médias ont choisi l’unique représentante de la gauche. On est vraiment mal parti.

  6. le 4 janvier 2008 à 12:29 un chouka écrit:

    Ne te casse pas la tête, on connait ces gens de la CFDT,et aussi les mous du citrons .Pas la peine d’en parler ce ceux là:BEURKSSSSSSSSSSSSSS:-(
    Si tu te fait repérer comme un de LO, de la LCR, ou comme un anard, tu te fait éjècter vit fait ,ils n’aiment pô ces gens :-(

  7. le 4 janvier 2008 à 14:14 enzo d'aviolo écrit:

    @birgit
    je te comprends mais c’est parce que tu raisonnes P(s), or tout est à construire mais ailleurs que dans ce parti suiviste! j’espère que ceux qui sont de gauche dans ce parti le comprendront après le congrès quand royal aura pris les reines du parti!

    mais royal où un autre, ne sont plus de gauche depuis bien longtemps

    @un chouka
    je ne suis aucun de ceux que tu cites, mais pour autant je ne leur ai jamais laissé le loisir de m’éjecter, car ça ne m’est jamais venu à l’idée d’adhérer à la cfdt ou même la Cgt!

  8. le 4 janvier 2008 à 14:29 Nico2312 écrit:

    @ Enzo et Manu
    c’est moi qui n’ai pas compris et fais un contre-sens ou bien Manu est à la CFDT ???

  9. le 4 janvier 2008 à 14:37 un chouka écrit:

    Ben moi, j’en ai fait les frais ,croyant que j’etais :-)

  10. le 4 janvier 2008 à 14:40 enzo d'aviolo écrit:

    @Nico
    non c’est peut-être toi qui a bien compris et moi pas :(
    A la relecture, cela me semble plus clair! du coup vais changer le fond!

  11. le 4 janvier 2008 à 14:54 Birgit écrit:

    Que Royal ne soit pas de gauche, c’est l’évidence.Mais ce qui me gêne, c’est qu’elle est présentée par les médias comme la meilleure représentante de la gauche, et comme telle, ils l’ont déjà adoubée première secrétaire. Cette escroquerie est insupportable. Elle et ses semblables doivent dégager vers le MODEM, si Bayrou veut bien d’eux, ce qui n’est pas forcément évident.
    Je ne suis pas accroc au PS. J’ai été une adhérente à 20€ pour pouvoir voter contre Royal (avec le succès que l’on sait)et je l’ai quitté. Mais c’était sans doute une connerie car, maintenant, je me demande pourquoi nous devons abandonner le parti à des traitres qui en trahissent toutes les aspirations et qui s’en serviront, s’ils arrivent au pouvoir, pour continuer une politique de droite mais avec de faux discours de gauche.

    Ce parti a le mérite d’exister (c’est d’ailleurs le seul),et il doit retourner à gauche. J’espère toujours une révolte des socialistes de gauche, car je veux croire qu’ils existent, mais rien ne vient et le congrès risque de n’être qu’une avalisation du glissement à droite.
    La création d’un nouveau parti à gauche, je n’y crois plus. Enfin si! un peu quand même, puisque je passe mon temps à en chercher les prémices sur le web.

  12. le 4 janvier 2008 à 15:11 enzo d'aviolo écrit:

    @Birgit
    je suis d’accord avec toi mais en quoi est-ce étonnant quand on sait comment s’est passé médiatiquement l’investiture à la dernière présidentielle?
    Les médias aux ordres reproduisent donc ce qui a fonctionné avec la victoire de Sarko et Royal est une garantie tout risque pour permettre à Sarko de rester au pouvoir!

    je ne te ferai pas le reproche d’avoir été une adhérente à 20 euros au P(s), j’ai fait la même chose que toi :) :)
    de même pour l’avoir quitté, j’ai fait pareil!

    par contre je ne pense pas que ce soit une connerie car le P(s) est définitivement un parti qui n’est plus socialiste, même s’il reste quelques socialistes dedans. C’est pour cela que je te disais que l’avenir de la gauche doit se faire en dehors de ce parti qui inéluctablement se rapprochera du modem!

    Perso, je n’ai plus d’illusions à pouvoir maintenir le P(s) à gauche, c’est pourquoi je l’ai quitté. De même je crois peu à un nouveau parti, sauf scission du P(s), mais je crois plus à un nouveau conglomérat venant de la société civile, syndicale et associative pour contraindre l’ideologie anti libérale à se fédérer en un regroupement que l’on nomme parti!

    Nous verrons ce que l’avenir nous proposera, mais ce qui est sur, c’est que je ne serai plus un collabo du P(s).

  13. le 4 janvier 2008 à 15:26 Birgit écrit:

    Pour le nouveau parti, il faut être patient et pourtant ça urge. Quelle bouse cette société!

  14. le 4 janvier 2008 à 15:53 enzo d'aviolo écrit:

    oui comme tu dis….. :(

  15. le 4 janvier 2008 à 16:02 un chouka écrit:

    Enzo D’Aviolo,Je ne souhaites surtout pas vous faire de la peine,mais je crois que c’est devenu chacun pour soi,vu que le fric au black ou je ne sais ………..,;-)peut tout acheter(pas bon pour l’ordre publique ?) ,meme les bons croyants du Ps ont un prix :-( .
    Je me souviens moi aussi , mais ,il y a plus longtemps,avoir vu se pointer les nouvelles bobines tres libérales ,a la suite de l’impasse que vivait le Ps(Lionel J) avec le chomage qu’ils n’arrivaient plus « a controler » (suite a la judicieuse politique menée avec les actionaires qui devaient invèstir ici(anées 70 et +),mais les gides du Ps,ne se sont surtout pas doutés que les actionaires ne voudraient pas de l’état social eux aussi ,mais c’est encore plus ancien ça !donc le Ps, etait mort depuis bien longtemps en réalité :->) Voila que le futur est beau pour les gens du bas dont je fais parit (un grand parti d’ayeur qui devra se débrouiller tout seul il me semble ?)
    Tous pourris avec ces institutions pour bon citoyen :-D …….Humm ?
    C’est bien « nous « les plus cons ;-) ?
    NON ?
    Chacun pour soi ?

  16. le 4 janvier 2008 à 16:56 enzo d'aviolo écrit:

    @un chouka
    Le chacun pour soi, c’est une devise libérale qui malheureusement a gangréné notre société.
    ça n’est pour autant que j’y adhére et que j’y participe.
    Avoir quitté le P(s) ne concoure justement pas d’une telle démarche.

    Ensuite, savoir depuis quand le P(s) est mort, là c’est certainement un débat intéressant, mais qui ne m’intéresse plus! pensons à l’avenir!

  17. le 4 janvier 2008 à 18:35 un chouka écrit:

    Les Amériquains pensent a l’avenir de leurs enfants .Voir le blog de B&B sur ce sujet ;-)
    Pour moi, c’est pas facile a dire :-(

  18. le 4 janvier 2008 à 22:34 enzo d'aviolo écrit:

    @un chouka
    B&B???

  19. le 5 janvier 2008 à 14:47 UN chouka écrit:

    Le « chacun pour soi « ,est bien plus un rejet des dognes,des doctrines ,des conventions ,du conformisme ………………etc,qu’une idée a prendre au premier degré:-)
    C’est un sentiment qui vient d’un type désabusé,qui a pris sa libèrté , je crois .
    Le Ps, La CGT, etc….sont dans le meme schémat de fonctionement ,mais je ne me sens pas bien a l’aise pour en parler librement sans choquer « ceux « qui ne voyent pas ces machins avec le recul que me donne mon age.Il y a bien toutefois des vieux qui font semblan d’y croire encore ,mais c’est une vieille histoire ?
    Salut a toi .

  20. le 5 janvier 2008 à 22:01 nathP écrit:

    Le 26 Janvier à Lyon, il va y avoir une conférence-débat sur le livre « Critique du socialisme, réflexion sur une faillite historique » de Patrick Mignard.
    http://www.pag69.org/breve.php3?id_breve=26
    J’aime bien ses analyses.
    On peut trouver des textes qu’il a écrit ici:
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?auteur4

    Bonne année à tous !

Laisser un commentaire

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008