Archive pour le 13 décembre, 2007

Si jamais la grève devait s’étendre, mieux vaut ne pas trop en parler….

Comme il est d’usage dans la presse française lorsqu’un mouvement de grève se développe en bloquant l’activité d’autres secteurs d’activité, la consigne est toujours la même, mieux vaut montrer les difficultés des usagers et des entreprises pénalisées plutôt que de chercher à expliquer les causes de la grève, les revendications de ceux qui luttent.

Car chez nous voyez-vous, le grévistes est facilement assimilé à un inconscient qui défend sa chapelle et non à quelqu’un qui lutte parce qu’il n’a plus le choix, quand bien même il soit fortement pénalisé financièrement par son action.

De la même façon, vous remarquerez que les fins de conflits sont régulièrement présentées comme un soulagement généralisé où on laisse s’exprimer le contentement de ceux qui ont « souffert », mais jamais comme une victoire de négociations réussies consécutives à la grève. Il est d’ailleurs rare que les revendications satisfaites soient détaillées, encore plus rare de conclure que la grève fut un moyen de lutte efficace pour aboutir à un accord social !

Ce mode de retranscription médiatique n’est pas étonnant quand on sait la collusion qui existe entre pouvoir financier, Etat et médias en France.

Mais ce qui est encore plus frappant, c’est la retranscription de la fin de grève des routiers en Italie où il faut être un fin limier pour réussir à décrypter les compensations précises obtenues par les routiers italiens pour mettre fin à leur grève 2 jours avant le terme initialement prévu !

Bien sûr, les mêmes méthodes grossières de suivi du conflit ont eu pour unique objectif de nous expliquer les difficultés d’approvisionnement engendrées en Italie comme les problèmes de circulation à la frontière Française, mais presque rien ne vient préciser les raisons de la fin du conflit.

L’AFP s’est contentée dans une page de communiqué d’un « le règlement du conflit est intervenu à l’issue d’une réunion au ministère des Transports, au cours de laquelle le gouvernement a présenté aux représentants du patronat et des salariés du secteur des mesures, portant notamment sur leurs contrats de travail et sur des aides pour faire face à la hausse des prix du carburant ».

Quelqu’un serait-il angoissé, en France, à l’idée d’une extension de ce type de conflit aux routiers français qui connaissent peu ou prou les mêmes difficultés de réduction de leur pouvoir d’achat, au point qu’il faille surtout ne pas ébruiter les compensations forcément conséquentes obtenues pour que le conflit se termine si brutalement ?

Les plus répressifs de la droite française se gargariseront certainement à juste titre que le gouvernement social démocrate italien, en bon suiveur de la droite tels que nous les connaissons aussi en France, ait jugé le mouvement illégal, le ministère des Transports ayant ordonné aux routiers de reprendre le travail sous peine de 500 euros d’amende par jour et de la suspension des licences.

Bien que ce type de mesure puisse donner des idées à la droite française toujours prompte à réduire le droit de grève, nous avons maintes fois constaté la ténacité de cette corporation lorsqu’elle se lance dans une lutte de grande envergure, ce qui n’aurait certainement pas permis de stopper le mouvement de grève sans que les compensations soient conséquentes.

Voilà certainement pourquoi les médias aux ordres ne nous indiquent pas le contenu  des avancées obtenues par les routiers italiens. Voilà pourquoi le profil bas est adopté, voilà pourquoi dans ce pays, tout ce qui pourrait nuire à l’argent roi, comme les revendications salariales des plus démunis, doit être tu !

Publié dans:politique |on 13 décembre, 2007 |15 Commentaires »

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008