Et pourtant, ça n’émeut pas grand monde…

Pour une fois que l’Europe publie une étude qui vient conforter ce que tous les vilains gauchistes de France et de Navarre rabâchent depuis des mois, voire des années, la gauche française serait bien inspiré de l’utiliser pour crier haut et fort, en cette période de foutage de gueule Sarkozyste généralisé qui touche notamment le pouvoir d’achat, que les salariés français méritent à plus d’un titre de voir leur salaires augmenter (*).

En effet, une étude  de la commission européenne nous indique que la part des salaires dans la richesse nationale française a baissé de 10% entre 1975 et 2007 au point de revenir à une redistribution de la richesse produite (somme des valeurs ajoutées représentée par le PIB) inférieure à celle de 1960 pour les salariés, en France comme dans l’Europe (-12%), même si des disparités peuvent apparaître selon les pays.

Cette diminution de rétribution du travail et donc de l’appauvrissement du salariat, qui n’est certes malheureusement pas une nouveauté, s’observe de façon doublement inégalitaire en fonction du niveau de qualification des salariés.

Encore une fois, ce sont les salariés les moins qualifiés qui ont vu leur pouvoir d’achat baisser le plus fortement, alors que les salariés les moins mal lotis ont du se retrouver soit du coté des actionnaires soit du coté de ceux pour qui faire jouer la concurrence en vendant leur force de travail prends tous son sens.

Pour en arriver à ce stade régressif, vous imaginez bien que le pendant du salariat, l’actionnariat, n’a pas connu les mêmes désagréments, c’est un euphémisme que de le signaler.

Ce trend n’augure rien de bon lorsqu’on voit la politique européenne comme nationale se mettre en place, car de tels rapports constatent mais se gardent bien d’envisager un rééquilibrage salvateur et juste en faveur des salariés.

Alors on regarde la destruction des tissus sociaux se creuser, parfois même ceux qui la subissent s’en félicitent pour vanter une diminution des charges pesant sur des entreprises conséquemment soit-disant plus concurrentielles, et qui pourtant iront créer de la richesse là où le salarié français n’en profitera pas !

Cette hypocrisie qui ne profite qu’à ceux qui détiennent le pouvoir en France comme en Europe n’a que trop duré, et seule une action coordonnée du salariat français comme européen peut permettre de changer la donne malsaine vers laquelle veulent nous embarquer tous les libéraux de cette Europe, à savoir toujours plus d’argent pour les riches et oisifs, toujours moins pour les salariés.

Il ne reste plus à ces derniers qu’à intégrer que les capitalistes sont riches parce qu’eux-mêmes s’appauvrissent. Dure prise de conscience s’il en est.

(*) réellement, à temps travaillé constant je veux dire, et non par un tour de passe-passe idéologique comme en Sarkosie.

Publié dans : politique |le 10 décembre, 2007 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008