La « racaille » de banlieue tient mal l’équilibre à moto…

…Oui mais en même temps, les moniteurs habillés en bleu équipés de taser ne font rien qu’à se mettre en travers de la route !

Une véritable épidémie s’abat plus particulièrement sur la banlieue depuis quelques années, celle des mauvais choix faits par ceux que la police qualifie toujours de « fuyards qui ont forcément des choses à se reprocher », se concluant soit sur une fuite qui mène dans les transformateurs Edf, soit par une équipée qui emboutit le coté des voitures de police.

Chaque fois, 2 morts, les « fuyards » bien sûr !

Evidemment, loin de moi l’idée de vouloir considérer la police comme une dangereuse milice à la solde du pouvoir de droite voulant « nettoyer » cette « racaille » qui courre comme des lapins chaque fois que le chasseur les guettent…..mais quand même !

Bien sûr qu’un état de non droit se développe en banlieue, bien sûr que la responsabilité partagée des différentes politiques publiques menées depuis 30 ans dans ces quartiers est responsable des haines qui se sont développées entre représentants de l’ordre et jeunesse autochtone, mais force est de constater que l’attitude provocatrice et stigmatisante du pouvoir de droite, et de son chef de police le sous-commandant Sarkoz, conduit aux dérives policières et à l’impasse révoltante constatée lors de chaque accident et ressentie comme une injustice de plus sur un quotidien sans avenir.

La police républicaine, souvent insultée mais aussi souvent insultante de par les contrôles au faciès qu’elle développe, ne joue plus le rôle de lien social rassurant qu’elle devrait être censé assurer quand son chef suprême valorise le 100% répression comme préalable au dialogue.

La police républicaine, souvent méprisée mais aussi souvent méprisante lorsque l’interpellation entérine un tutoiement banlieusard irrespectueux pourtant peu usité dans les quartiers d’affaire, reproduit la sémantique de son modèle de voyou en col blanc qui insulte les habitants des banlieues en assimilant par des termes disqualifiants, leurs progénitures à de vulgaires animaux.

La police républicaine, souvent déboussolées, déracinées, mais aussi souvent solidaire pour masquer l’évidence des bavures commises, compromet ses chances d’obtenir ce à quoi chaque être humain aspire, le respect, simple banlieusard comme représentant de l’ordre.

La police républicaine doit réagir pour que son cas ne s’aggrave pas à chaque drame. Qu’elle ne se trompe pas d’ennemi, celui de l’intérieur, celui qui l’envoie dans les quartiers difficiles comme les généraux envoyaient les soldats au front pour un combat inutile et perdu d’avance.

Que la police républicaine arrête de ramasser les morts qui viennent s’écraser à ses pieds….

Publié dans : politique |le 26 novembre, 2007 |7 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

7 Commentaires Commenter.

  1. le 26 novembre 2007 à 20:26 christine RS21 écrit:

    Oui répression et encore répression !
    La police de proximité c’était pas si mal !

  2. le 26 novembre 2007 à 20:39 enzo d'aviolo écrit:

    @xtine
    pas suffisante, mais plus que pas mal effectivement.

  3. le 27 novembre 2007 à 9:14 fmds21 écrit:

    Inquiétant nos banlieues la réponse c’est la répression rien que la répression et nous ne nous soucions même pas de cette jeunesse et de toute la richesse que nous gaspillons sans lui donner une seule chance de pouvoir l’exprimer. La position de la police et la méfiance qu’elle sucite de plus en plus devrait tous nous inquiéter. Mais Sarko est élu il n’y a plus de problèmes d’insécurité en banlieue juste des quotas de clandestins à expulser. Alain

  4. le 23 juillet 2009 à 9:35 equipement moto écrit:

    La police de proximité c’était pas si mal !

  5. le 26 juillet 2009 à 0:06 enzo d'aviolo écrit:

    c’était même très bien, mais pas assez pour la repression façon sarko et hortepen!

  6. le 22 avril 2010 à 10:42 rouge écrit:

    Il faut avoir la politique de ses moyens et les moyens de sa politique. Le gouvernement est confronté depuis des décenies à une véritable impuissance, qui fait que nos chères banlieues vivent dans un état de non droit, que nos prétendus citoyens se livrent impunément au trafic de drogue, au trafic d’armes, quand ce n’est pas au trafic de prostitution. La République est litéralement bafouée et les honnêtes citoyens sont les victimes de tous ces trafics, qui échapent à la loi et au fisc. La Révolution devra un jour être envisagée contre cette injustice flagrante.

  7. le 25 avril 2010 à 14:19 enzo d'aviolo écrit:

    une véritable impuissance ou un impuissance voulue et recherchée?
    Pour autant, il ne faut rien amalgamé, la banlieue est loin de n’être que ce que vous décrivez.

Laisser un commentaire

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008