Archive pour le 16 novembre, 2007

Electeurs de gauche : qui nous représente encore ?

Pour tous ceux qui aspirent à une société solidaire, où l’impôt n’est pas l’ennemi absolu duquel on se plaint à longueur de temps mais concourre simplement à renforcer les liens intergénérationnels et à conforter un lien social qui valorise le « vivre avec », où la solidarité ne se confonds pas avec la charité, où les acquis sociaux chèrement acquis par nos ancêtres au cours de décennies de luttes restent le socle de toute saine démocratie, ceux pour lesquels les enseignements du Conseil National de la Résistance trouve toute leur traduction dans la prise en compte de l’humain au centre de l’activité économique et non comme une simple variable d’ajustement au service des intérêts d’un petit nombre, qui traduit aujourd’hui nos aspirations ?

Je veux dire par là que tous ceux qui n’aspirent pas à une révolution brutale pour améliorer leur quotidien et l’avenir de leurs enfants, qui envisagent l’avenir autrement que par une confiscation totale des moyens de productions privés par les salariés, qui envisagent une économie mixte pour subvenir aux besoins essentiels et universels sans pour autant interdire la libre activité d’entreprise dans la mesure où elle concourre socialement au bien être commun, qui s’en fait la représentation aujourd’hui ?

Entre un socialisme réformiste qui se contente de gérer la casse des acquis sociaux et se congratule dans un silence assourdissant lorsque chaque destruction sociale se fait moindre que prévue, entre une majorité de syndicats plus attachés à ne pas être accusés de jusqu’auboutisme au point de réclamer des négociations que le pouvoir en place ne souhaite pas plutôt que de consulter une base militante prête à livrer combat comme ses aînés de 68 et refusant à juste titre de renier ce qui a amélioré ses conditions de travail de haute lutte, comment des millions de personnes peuvent encore croire que l’action politique ou syndicale pour laquelle il leur sera réclamé un vote de soutien lors de prochaines élections puissent encore dignement représenter leurs intérêts.

Aucun soutien affirmé et sans ambages pour ces grévistes défendant leurs droits à la retraite stigmatisés par le pouvoir en place, aucun support pour ces étudiants pourtant si prompte à remettre la solidarité envers les salariés au centre de leur propre combat contre une loi scélérate voté en catimini en plein été libéral, tous ces mots qui manquent et qui ne permettent plus de douter sur un consentement tacite aussi peu assumé que honteux, voilà ce que le P(s) propose à ceux qui ont élus ses 203 députés pour les représenter.

Un représentant syndical qui demande de reprendre le travail au soir de la première journée de grève consécutive à des semaines de revendications mis à la poubelle gouvernementale, un autre qui négocie sans consultation de sa base quelques heures avant le début d’une grève reconductible et déposée comme telle, des promesses de négociation sans aucune assurance de prise en compte des revendications initiales et qui satisfait au-delà de ses espérances un gouvernement qui s’apprêtait à un conflit long, dur, risquant d’être unitaire et inter catégoriel et donc difficile à assumer politiquement, voilà ce que la Cfdt et la Cgt a proposé à ses adhérents.

Qui à la droite des communistes aura le courage de représenter et traduire les aspirations de tous ces déboussolés de la gauche contraints de se radicaliser pour ne pas perdre leurs convictions et abandonner leurs idéaux.

L’espoir de demain n’est pas à chercher dans les organisations politiques ou syndicales qui rognent un peu plus chaque jour sur leurs engagements passés et courent derrière « ces nécessaires réformes » qui détruisent plus qu’elles ne consolident, rapprochent et unissent.

Souhaitons que la base ait le courage de poursuivre cette désobéissance syndicale, que les étudiants puissent fédérer, en dehors de toute contrainte matérielle constrictive, un élan citoyen de gauche qui refuse de se soumettre au laisser faire libéral si pénalisant pour les plus faibles, le lien social des prochaines années en dépend.

Publié dans:politique |on 16 novembre, 2007 |22 Commentaires »

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008