Archive pour le 5 novembre, 2007

Je retourne ma veste…toujours du bon côté

Dernière Minute (06 novembre 2007 à 19h45)

 Le Bureau National du P(s) vient d’acter un vote Oui au TME de Sarko. Décidément la trahison comme mot d’ordre, voilà la nouvelle donne de ce parti. Dans ce climat infecte, un homme honnête avec le peuple, Benoit HAMON, a démissionné de son poste de secrétaire national….

12 élus du P(s) viennent de publier dans Libération, l’organe décomplexé des Ouiouistes, une merveille de texte qui manie avec le plus incroyable cynisme les valeurs de la nouvelle gauche que sont la trahison, l’hypocrisie, la manipulation ou encore le suivisme libéral.

Le plus éloquent dans cette brochette de représentant du peuple de gauche, c’est qu’ils furent tous des partisans du Non au vote du TCE en mai 2005 (*).

Avant de vous expliquer leur nouvelle vision de l’Europe, je ne résiste pas à l’envie de vous énumérer des politiciens si fidèles à leurs idéaux, eux qui sont moins médiatisés mais tout aussi nuisibles à la gauche que le 1er secrétaire du P(s), afin que lors des prochaines échéances électorales vous n’omettiez pas leur nom :

· Vincent Peillon, député européen, membre du bureau national

. David Assouline, sénateur de Paris, secrétaire national du PS

. Jacques Bascou, député de l’Aude, membre du bureau national

. Geneviève Gaillard, députée des Deux-Sèvres

. Jean Gaubert, député des Côtes-d’Armor

. Jean Guérard, vice-président de la région Aquitaine, membre du bureau national

. Christian Martin, conseiller régional de Paca, secrétaire national du PS

. Béatrice Patrie, députée européenne

. Gilbert Roger, maire de Bondy, membre du bureau national

. Claude Saulnier, sénateur des Côtes-d’Armor

. Pascal Terrasse, député de l’Ardèche, président du conseil général, secrétaire national du PS

. Jean-Jacques Thomas, maire d’Hirson, membre du bureau national

Après avoir fait semblant de nous expliquer que le P(s) défendait l’organisation d’un nouveau référendum alors que son 1er secrétaire vient d’affirmer le contraire dans son élocution consécutive au dernier conseil national, après avoir énoncé ce vœux sans jamais indiquer que seul le vote contre au congrès contraindrait la droite à passer la question du mini-traité de Sarko devant le peuple, ces multicartes de la conviction lance une diatribe contre l’incohérence qu’il y aurait à s’abstenir ou à ne pas se prononcer, sans une seule seconde se pencher sur la cohérence qu’il y aurait pour un socialiste à défendre la voie la plus démocratique en votant contre la modification de la constitution (**).

Mais ces élus éperdus d’élan démocratique et de convictions sincères ne se sont pas arrêtés en si bon chemin. Ils essaient ensuite de nous expliquer pourquoi ils ont voté Non en 2005 pour mieux nous expliquer pourquoi il faudrait voter Oui aujourd’hui ! Et ça vaut son pesant de cacahouètes, accrochez vous :

« Ce qui a motivé, en 2005, notre opposition au traité constitutionnel, c’est le défaut d’Europe. Ce qui justifiait notre stratégie, c’est que l’on puisse prendre appui sur le non pour exiger plus d’Europe, là où nous en avons besoin »

Diantre, il fallait l’oser celle là ! voter Non parce qu’on manque d’Europe ! pas beau ça ?

Voter Non accessoirement parce que l’homme n’est pas une marchandise, parce que la concurrence ne doit pas toucher des services universels, parce que socialement il est indispensable de donner un cadre à l’Europe pour harmoniser vers le haut le quotidien des peuples qui la compose, et quelques autres balivernes de ce type, ce sont des aspirations qui ont moins motivé ces 12 intellectuels que de vouloir plus d’Europe….et donc de voter Non !

Pour eux, peu importe la qualité protectrice, humaine voire solidaire de cette future Europe, la finalité était qu’on en parle, la solution que l’on vote Non.

Il me semble heureusement que les motivations retenues par les Français de gauche qui ont voté Non au TCE furent légèrement plus sincères et moins tordues que celle-ci.

Alors forcément, après une telle contorsion intellectuelle, il devient désormais très simple de nous expliquer que l’Europe est soit disant bloquée par les méchants Français et Hollandais, et qu’afin que l’on parle plus d’Europe, il faut bien sûr voter Oui à la mascarade Sarkozyste, si peu différente de l’ambition libérale initiale.

Avec de telles girouettes, décidément le peuple français et la gauche en particulier n’ont pas les représentants qu’ils méritent. Comme je le répète un peu trop souvent pour certains, seuls les échéances électorales à venir peuvent changer cet état de fait et nous débarrasser de ces perfides représentants de l’électorat de gauche.

(*) et qu’accessoirement ils se sont empressés de rejoindre Royal dès qu’elle fut désignée par les militants, tous pourtant anciens membres du NPS.

(**) il y aura bien 2 votes, l’un pour modifier la constitution, l’autre pour valider ou pas le mini traité.

Publié dans:politique |on 5 novembre, 2007 |22 Commentaires »

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008