C’est chouette quand même un Grenelle entre copains !

Pendant que Sarko se gargarise d’être un organisateur d’événementiel, que Borloo se montre au moins aussi heureux que lors de son départ à sa première colonie de vacances*, que les journalistes se gargarisent du remarquable travail de l’intelligentsia lors de ce regroupement de faux cul au point qu’Hulot l’écologiste sponsorisé par Rhône Poulenc attribue un 18/20 à ce Grenelle lors du 20h00 de France 2 devant un Pujadas en érection à peine dissimulée**, certaines des mesures annoncées rivalisent avec les mesures anti-sociales les plus libérales qui soient, sans que personne ou presque ne s’en émeuve !

Pour preuve tout d’abord cette fameuse idée d’accorder des crédits d’impôts à ceux qui auront les moyens d’acheter des véhicules propres. Lorsque l’on sait combien coûte une voiture propre au regard d’une voiture de même gamme, on comprend tout de suite que la priorité écologique sait sur qui s’appuyer, les plus aisés. Fastoche la gestion environnementale avec Sarko !

Plus grave encore, ou comment faire revenir par la fenêtre une ambition difficile à faire passer par la porte, le projet de diminution de la fiscalité sur le travail pour compenser le difficile métier qui consiste à polluer vaut son pesant de cacahuettes.

Vous comprenez bien, pour assurer les entreprises qui polluent, Sarko propose qu’elles continuent de le faire en inventant la taxe carbone adossée à l’exonération sur les charges sociales ! En matière de leurre, c’est grandiose !

Bien entendu avec une telle vision, peu importe les déficits de la sécurité sociale ou des caisses de retraites, le tout est que l’entreprise polluante puisse rester compétitive en participant encore un peu moins à l’effort solidaire de la nation !

L’environnement abordé sous l’angle des dominants, de ceux qui n’ont pas de problème de pouvoir d’achat et qui prônent la dérégulation de la protection sociale sous une apparence de sauveurs de la planète***, voilà la supercherie dissimulée derrière cette grande fiesta Sarkozyste !

En dehors du fait que ces effets d’annonces accoucheront certainement d’une souris afin de ne point trop bousculer la recherche absolue de la croissance libérale, certaines mesures sont fondamentalement de droite, qu’on ne s’y trompe pas.

Mais la communication fonctionne tellement bien chez Sarko, que même les pseudo opposants n’y ont vu que de l’écologie, c’est dire…..

* à moins que ce ne soit lors de son survol très écolo de l’arctique

** voir le dernier article de l’ami Fontenelle à ce sujet

*** Al Gore était invité, c’est dire !

Publié dans : politique |le 25 octobre, 2007 |15 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

15 Commentaires Commenter.

  1. le 26 octobre 2007 à 0:26 Michel GROS écrit:

    Le Grenelle de 68 n’avait pas d’autre but que de briser la grève généralisée (radicale Enzo) de mai 68. La base, plus radicale que les syndicats, a refusé un temps ces accords. Mais on sait parfois que le rôle des syndicats peut contribuer au retour de baton. Dont acte, avec une Droite plus raide que jamais (Debré et consorts).
    Je me marre donc quand je vois l’usage du terme « Grenelle » comme symbole de réussite.
    Tous ces pompiers pyromanes quand est-ce qu’on les pend ?
    ;-) )

  2. le 26 octobre 2007 à 7:21 étienne fillol écrit:

    Les verts ont tout de même sorti le bazooka pour dénoncer un rideau de fumée !

    Mais le plus inquiétant, c’est que la FNSEA est sortie ravie par les décisions adoptées sur les OGM et les pesticides.

    Ça, ça fait peur :-( (((

  3. le 26 octobre 2007 à 8:11 enzo d'aviolo écrit:

    @Michel
    je sais bien Michel mais la différence entre ces deux Grenelle, c’est que le premier a réellement débouché vers un accroissement du pouvoir d’achat des salariés alors que celui-ci, va falloir se serrer la ceinture pour les plus démunis.

    @Etienne
    Tu as raison pour mamere, mais j’ai lu leur porte parole, c’est pas aussi clair!
    quand au reste, quand on veut faire de l’écologie radicale dopnc pour espérer avoir un effet sur l’environnement, on n’invite pas la Fnsea!

  4. le 26 octobre 2007 à 8:58 Nico2312 écrit:

    @ Enzo
    bien d’accord sur le rôle néfaste et lobbyiste de la FNSEA sur ce « Grenelle »… ce qui était un peu à attendre (euphémisme) :-( ((
    mais ne pas les inviter aurait un peu était comme une négo salariale avec les seuls syndicats de salariés et sans les employeurs…
    ce n’est évidement pas une raison pour accepter toutes les revendications de la FNSEA qui dans ses communiqués ose parler de mettre son veto

  5. le 26 octobre 2007 à 10:01 les marques écrit:

    faut pas se leurrer … a aucun moment depuis 30 ans, les pouvoirs en place n’ont mis en place de véritable politique incitative pour le plus grand nombre …
    a aucun moment, on n’a incité les opHLM à faire de l’habitat environnementalement reponsable ( et economique pour les habitants ) par exemple,etc…
    Ils se foutent de la gueule du monde depuis si longtemps … et les « grunds » parmi eux …

  6. le 26 octobre 2007 à 10:02 Michel GROS écrit:

    La question du pouvoir d’achat est un leurre qui fait courrir ceux qui le peuvent au travail dans les conditions les plus aléatoires qui soient. Mais pour ceux qui n’ont rien de rien à mettre dans leur assiette ce n’est pas un question de pouvoir d’achat mais de survie immédiate. Et ceux là sont grâce au système capitaliste relooké néolibéral de plus en plus nombreux. Le gouvernement de Sarko et ses mesures préfascites attire à lui toute une bande de gens aussi invraisemblables les uns que les autres, comme la merde attire les mouches. La « ministre des banlieux » (je rêve) n’hésite pas à dire qu’elle « kiffe un max Sarko » (je cauchemarde). Et Hollande dans la même émission serine que les français ne travaillent pas assez, que la croissance est un impératif princeps, qu’il faut donc produire des richesses. Mais pour qui ? Silence et bouche cousue.
    Les « militants » ont les responsables qu’ils se choisissent, et les citoyens itou.
    Ca fait beaucoup de cocotiers à secouer !
    ;-) )

  7. le 26 octobre 2007 à 11:57 enzo d'aviolo écrit:

    @Nico
    Inviter le diable quand on veut créer un paradis, ça me paraît antinomique et contre-productif sauf quand l’objectif est bien celui de Sarko, à savoir créer l’apparence que l’on fait quelquechose pour finalement faire du libéralisme à travers l’environnement.

    @les marques
    tu as raison. Et c’est pas prêt de changer à cette illusion de grenelle!

    @Michel
    la survie, c’est avant tout un probleme de pouvoir d’achat donc de redistribution des richesses. Et ce grenelle va accentuer et plomber les difficultés des plus pauvres là où le traitement de l’environnement effectif pourrait permettre de développer la solidarité si l’on s’attaquait aux vraies causes.
    Sur le reste, bien d’accord.

  8. le 26 octobre 2007 à 12:42 Michel GROS écrit:

    @Enzo
    Ceux qui parlent de pouvoir d’achat sont ceux qui ont déjà le pouvoir de survivre. D’ailleurs il s’agit « d’augmenter » le pouvoir d’achat, dixit les syndicats. Mais il y a beaucoup de gens qui n’ont RIEN. Il ne s’agit plus de pouvoir d’achat là, il s’agit de vivre, de bouffer, d’avoir chaud et pas d’acheter le dernier i-pod de chez Mac. C’est pas un pouvoir, c’est une nécessité et une responsabilité collective.
    Et pourquoi acheter sa survie, hein ?
    On peut pas faire commerce de tout, merde quoi à la fin !
    ;-) ))))

  9. le 26 octobre 2007 à 13:34 Nico2312 écrit:

    @ Enzo
    ce qui veut dire qu’il faudrait imposer des mesures sans discussions ni concertation à la FNSEA (ce qui au passage mis a part sur le principe ne me tire pas de larme) ou bien dans mon exemple au patronat sur les salaires ???
    désolé mais c’est pas ma conception de la négo que de ne pas donner la parole à l’une des parties…

  10. le 26 octobre 2007 à 13:49 les marques écrit:

    Nico il est un temps ou la responsabilité de l’Etat c’est de « dire la loi » …
    tout le reste , tout le verbiage cdtiste , ce sont que les oripeaux modernisés du laisser aller … libéral …

  11. le 26 octobre 2007 à 15:46 Nico2312 écrit:

    @ le marques
    c’est là où nous ne sommes pas d’accord :
    prenons l’exemple des régimes spéciaux, si la responsabilité de l’Etat est de « dire la loi » et que nous refusons toute négo, alors allons y pour 40 ans sec pour tout le monde…
    bref quand la loi ne va pas dans le bon sens, je préfère la négo

  12. le 26 octobre 2007 à 17:34 enzo d'aviolo écrit:

    @michel
    Dans le fond je suis d’accord avec toi, mais le pouvoir d’achat, c’est aussi donner suffisamment à tous pour vivre et no,n pour survivre

    @nico
    Je reprends à mon compte la remarque de les marques.
    Je prefere que l’on dise la loi, y compris à droite, le reste se passera dans la rue, plutot que d’avancer par la manipulation libérale dans des pseudo négociations qui entubent tout le monde en donner l’impression de la conciliation. pour moi c’est pire, surtout quand on négocie avec le diable comme je te le disais plus haut.
    Pour bien négocier, il faut avoir les memes objectifs. En matiere d’environnement, on ne peut pas dire que ce soit le cas avec la FNSEA

  13. le 26 octobre 2007 à 18:41 Nico2312 écrit:

    @ Enzo
    donc pour toi c’est la loi contre la rue ??? pas de milieu possible ???
    moi je préfère toujours une bonne négo à une mauvaise loi : le risque a refuser de « négocier avec le diable » comme tu le dis est bel est bien que le diable quand il est au pouvoir comme en ce moment t’impose sa loi de façon sèche… et une fois que la rue aura perdu (ce qui arrive dans la majorité des cas) on aura tout perdu…
    oui je sais suis un sale social-démocrate qui croit à la négo :-) ))

    « Pour bien négocier, il faut avoir les memes objectifs »
    dans ce cas je n’appelle pas ça une négo que de discuter avec des gens avec lesquelles on est d’accord :-) ))

  14. le 26 octobre 2007 à 18:42 Nico2312 écrit:

    et en plus ton hébergeur me soupçonne d’être un spameur comme il vient élégamment de le dire en me demandant de taper un code :-) ))

  15. le 26 octobre 2007 à 23:17 enzo d'aviolo écrit:

    @Nico
    si si il peut y avoir un milieu donc une négociation mais seulement dans la mesure où les intérêts finals sont commun et non totalement antinomiques ou incompatibles.

    Ensuite effectivement avec le diable actuel, je pense que seule la rue peut le déstabiliser car tout le reste, ce ne sera que renoncements voire complaisances pour accepter le moins pire.
    C’est toute la différence entre radicalité et modération, la premiere ne renonce jamais à ses idéaux donc ne trahit pas et est jusqu’au boutiste, la seconde fait du compromis, accepte les dégradations même modérées par la négociation.
    Quand les attaques de classe actuelles ont la violence qu’elles ont, la seule réponse envisageable est une réponse aussi radicale. Inversement à attaque modérée, réponse modérée donc négociation et là on peut lacher des bribes. Actuellement lacher, c’est trahir les classes défavorisées que la gauche est censée défendre.

    Sinon, avoir les mêmes objectifs, ça ne veut pas dire être d’accord, c’est juste ne pas avoir des volontés totalement opposées comme FNSEA et son productivisme et la défense de l’environnement.

    Bon en fait, je dois te l’avouer pour l’hébergeur, je l’ai briffé anti démocrate alors il veille un max ;) :)
    j’espere que le code n’est pas aussi compliqué que le captcha du B4M.

Laisser un commentaire

NON A GILBERT ANNETTE |
Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | romaindesforges
| LGP 2008
| Municipales Trévoux 2008